Yann Mabella : « On peut battre n’importe quelle équipe »

Le Racing finit bien sa saison avec une qualification en finale de Coupe du Luxembourg et un énorme carton ce week-end contre Strassen (6-1). Son buteur fétiche, Yann Mabella, n’y est pas étranger, auteur d’un triplé dimanche et du but vainqueur en demi-finale de Coupe. La finale, les regrets, l’avenir et le Dribble d’or, pour lequel il est nommé dans la catégorie meilleur joueur : Mental ! fait le point avec l’attaquant du club de la capitale.

Vous réalisez une belle fin de saison avec cette qualification en finale de Coupe. Cela vous a boosté et explique en partie votre carton du week-end contre Stassen (6-1) ?

Je ne pense que la qualification nous a boosté plus que ça. On s’est fixé cet objectif dès le début de la saison, d’aller au bout en Coupe. Le match de ce week-end s’explique par le fait qu’on sait qu’on a une finale dans deux semaines et qu’on doit la préparer au mieux, en restant concentrés. A l’aller, Strassen nous avait posé beaucoup de problèmes et nous avait battus 3-0… Il y avait sûrement aussi un petit esprit de revanche. Ils ont peut-être également un peu lever le pied, on arrive à la fin de la saison.

Est-ce que cette bonne dynamique n’entretient pas un peu plus les regrets sur le reste de la saison ? Vous étiez capables de faire mieux, non ?

Oui, je pense qu’il y a un peu de regrets par rapport à certains matchs que l’on a laissés passer alors qu’ils étaient à notre portée, soit en faisant des erreurs, soit en étant pas assez tueurs. Pour l’objectif d’être européen, il nous reste un espoir avec la Coupe. On va essayer d’aller chercher ce trophée et cette qualification.

Justement, parlons de cette finale, le 28 mai, contre Dudelange, sûrement futur champion de BGL Ligue et équipe très dure à battre, surtout ces derniers temps. Pensez-vous que c’est jouable ?

Oui, je pense que c’est jouable. On les a rencontrés deux fois cette saison, deux matchs particuliers avec un match spectaculaire et une défaite 4-3, et un deuxième match où l’on décroche le nul, 1-1, malgré une infériorité numérique. On a montré qu’on était une équipe qui avait du caractère et je pense que, sur un match, on peut battre n’importe quelle équipe.

Sur le plan personnel, vous en êtes à 18 buts et 8 passes décisives en championnat, vous inscrivez un triplé contre Strassen. Vous avez encore été décisif en demi-finale de Coupe en inscrivant le but de la victoire à la dernière minute. On imagine que vous êtes satisfait de votre saison…

Oui, on va dire que c’est toujours bien pour un attaquant de marquer des buts et de faire gonfler les stats. Même si c’est encore mieux quand cela permet à l’équipe de gagner. Mes coéquipiers m’ont bien aider à réaliser ces performances, on a une vraie équipe. Personnellement, je sais que si je veux revenir en sélection, je dois être performant et marquer.

Votre avenir sera toujours au Racing la saison prochaine ?

En toute honnêteté, je ne sais pas du tout. Il reste une finale importante. A la fin de la saison, on verra ce qui est le mieux pour moi.

Vous êtes nommé au prochain Dribble d’or (23 mai) dans la catégorie meilleur joueur, ça représente quoi pour vous ? Vous avez un favori ?

Je suis flatté. C’est la deuxième fois que je suis nommé dans cette catégorie. J’ai fini 6e lors de l’édition précédente… Pourquoi pas finir un peu plus haut dans le classement cette fois-ci. Les entraîneurs et les capitaines votent, donc ça fait plaisir de se retrouver là, ça montre en tout cas que le travail paie et qu’il faut continuer. Pour le favori, j’ai bien envie de dire que je suis mon propre favori ! Plus sérieusement, Dudelange fait une grosse saison, avec de fortes individualités… ça va être difficile de terminer devant certains joueurs qui vont être champions.

Latest news
Related news