Jeunesse décomplexée, épisode 3 : Tom Keup

Dans le sport professionnel de tous horizons, on voit l’avènement d’une jeunesse précoce qui performe très rapidement. Que ce soit Emma Raducanu (18 ans) en tennis, Pedri (18 ans) en football, Tadej Pogacar (23 ans) en cyclisme ou encore Fernando Tatis Jr. (22 ans) en baseball, tous brillent au plus jeune âge dans leur sport respectif. Ce qui s’observe au niveau professionnel se remarque ensuite au niveau amateur. C’est ainsi qu’à Mamer, en Promotion d’Honneur, pour suppléer le gardien et capitaine Mike Federspiel, blessé, le staff n’a pas hésité à lancer Arthur Rao (17 ans) dans le grand bain lors du match au sommet contre Mondercange. Rao n’est pas un cas isolé. Un nombre non négligeable de joueurs de moins de 21 ans, voire encore teenagers, ont déjà leur mot à dire dans ce championnat. Voici le troisième, Tom Keup :

Après un milieu de terrain et un attaquant, intéressons-nous maintenant à un gardien de but, à savoir Tom Keup. Formé à Hesperange, après de brefs passages par Itzig, Weiler-la-Tour et le Racing Luxembourg, il a été prêté par le Swift à la Jeunesse Canach dans le but d’engranger de l’expérience en Senior. Très jeune, il a été sélectionné par la FLF dans les équipes nationales juniors. Il s’entrainait ainsi du lundi au jeudi à Mondercange et revenait le vendredi dans son club pour un dernier entraînement. « Dans les catégories d’âge c’est un avantage. On retrouve tout simplement les meilleurs joueurs du pays en un seul endroit. Et on progresse beaucoup. En plus, la formation des jeunes joueurs n’est pas idéale dans tous les clubs, et à Mondercange, il y a un encadrement de qualité. On jouait aussi des matchs d’un très haut niveau pendant la semaine, contre Francfort, le Bayern, Nürnberg ou d’autres sélections nationales », analysait-il.

Mais cet avantage peut très vite devenir un inconvénient de taille. Dès ses seize ans, il intègre le noyau A du Swift, mais comme il ne s’entraîne qu’une seule fois par semaine dans son club, il éprouve beaucoup plus de difficultés à convaincre son entraîneur de lui donner du temps de jeu : « Comme on est à Mondercange quasiment toute la semaine, l’entraîneur ne sait nous juger que sur l’entraînement du vendredi. C’est impossible pour lui de se faire une image claire de la qualité du joueur. J’ai eu le cas lorsque j’étais en concurrence avec Enzo Esposito. »

Au début, ce n’était pas un problème d’être le numéro 2, puisqu’il pouvait disputer d’autres rencontres. « Je jouais avec la fédération pendant la semaine. Ce n’était donc pas vraiment un problème de ne pas jouer avec l’équipe première le weekend. Je jouais alors avec les scolaires ou avec les cadets. C’est devenu problématique le jour où j’ai passé l’âge de jouer avec les juniors. On est toujours jeune et on a besoin d’expérience. Je ne sais pas si faire banquette est alors la bonne solution. Je ne pense pas », expliquait-il.

D’un commun accord avec le staff d’Hesperange, il a décidé de tenter l’aventure à Canach, où il est prêté pour la saison. Malheureusement, la Jeunesse connaît un début de saison compliqué, pointant en douzième place après neuf journées et seulement sept points au compteur. « Je ne peux pas être satisfait de la saison jusqu’ici », avouait-il, avant d’enchaîner : « C’est une jeune équipe avec une moyenne d’âge entre 23 et 24 ans. On a bien commencé la saison contre Weiler, mais ensuite on a joué de malchance et on a vu qu’il nous manquait clairement de l’expérience. »

Après une défaite à domicile contre Steinsel, l’entraîneur Gonçalo Cruz a été remercié. « Ça m’a fait mal, parce que c’est une belle personne et un bon entraîneur. Comme on ne sait pas virer l’équipe, on vire l’entraîneur. C’est la dure loi du football, et Gonçalo Cruz ne méritait certainement pas d’être remercié. C’était difficile, mais on a su rebondir contre Käerjeng. C’était important », regrettait-il.

Malgré cet épisode, le gardien de 19 ans continue de regarder vers l’avant : « Je vois Canach dans le premier tiers du classement à la fin de la saison. Celle-ci est encore très longue. Mais en priorité, évidemment, il faut assurer le maintien. » Fraîchement diplômé du secondaire, Tom Keup se consacre d’ailleurs entièrement au football cette saison, le temps d’identifier la direction dans laquelle se poursuivront ses études. Son avenir footballistique s’écrit donc actuellement en pointillé et dépendra de la suite de ses études dès l’année prochaine.

Andy Foyen

Latest news
Related news