Jeunesse décomplexée, épisode 1 : Dany de Souza

Dans le sport professionnel de tous horizons, on voit l’avènement d’une jeunesse précoce qui performe très rapidement. Que ce soit Emma Raducanu (18 ans) en tennis, Pedri (18 ans) en football, Tadej Pogacar (23 ans) en cyclisme ou encore Fernando Tatis Jr. (22 ans) en baseball, tous brillent au plus jeune âge dans leur sport respectif. Ce qui s’observe au niveau professionnel se remarque ensuite au niveau amateur. C’est ainsi qu’à Mamer, en Promotion d’Honneur, pour suppléer le gardien et capitaine Mike Federspiel, blessé, le staff n’a pas hésité à lancer Arthur Rao (17 ans) dans le grand bain lors du match au sommet contre Mondercange. Rao n’est pas un cas isolé. Un nombre non négligeable de joueurs de moins de 21 ans, voire encore teenagers, ont déjà leur mot à dire dans ce championnat. Voici le premier, Dany De Sousa :

Dany de Sousa est sans contestation l’une des révélations de ce début de saison avec à son actif déjà un but et deux assists. Ce n’est pas tant la quantité de ces actions décisives que la qualité qui impressionne, à l’image de son débordement et de son centre millimétré sur la tête de Bekhaled pour l’ouverture du score à Mamer. Des qualités, le joueur de 20 ans en a beaucoup. Il est issu de la génération 2000 de la Jeunesse Esch qui a tout raflé en junior il y a quelques années. Mais une fois sa formation terminée, Dany De Sousa n’a pas eu véritablement sa chance au plus haut niveau de notre football. « Le gap entre les équipes juniors et les équipes premières est immense. Ça va beaucoup plus vite. Il faut prendre l’information bien plus tôt. La Jeunesse Esch joue en plus le haut du tableau. Du coup c’est encore plus difficile pour les jeunes qui jouent dans de tels clubs. Il faut travailler dur pour y arriver », nous expliquait-il.

C’est donc en prêt du côté de Mondercange que le milieu de terrain de 20 ans est parti chercher du temps de jeu avec la réussite qu’on lui connaît. Ce solide début de saison, marqué par son tout premier but en Senior sur la pelouse de Mersch (0-4 score final) repose sur une intégration très rapide dans l’effectif. « J’ai dû beaucoup travailler. Mais j’ai eu beaucoup de chance parce que mes coéquipiers m’ont tout de suite intégré dans le groupe. Le staff et le comité m’ont aussi mis tout de suite à l’aise. C’était beaucoup plus facile pour moi d’intégrer un groupe où il y avait à la base une très belle ambiance et où j’ai été bien accueilli », analysait-il. « C’est une équipe qui travaille énormément bien et qui m’aide beaucoup en me donnant des conseils ou en me disant ce que je dois faire. En tant que jeune, je dois les écouter, parce que ce sont des joueurs qui ont déjà une certaine expérience. Pour moi, c’est très important de les avoir près de moi pour pouvoir progresser. Grâce à ça, je dois juste me concentrer sur mon travail. »

Grâce à sa défense quasiment infranchissable (seulement quatre buts concédés en neuf matchs de championnat), Mondercange commence petit à petit à s’affirmer comme un candidat très sérieux pour la montée. Mais Dany De Sousa ne veut pas s’enflammer : « C’est une division où toutes les équipes sont équivalentes les unes aux autres. C’est une guerre. C’est une division où c’est difficile de s’imposer, parce que beaucoup de joueurs veulent se montrer pour atteindre la BGL. Mais on est sur la bonne voie. On joue chaque match pour le gagner et en fin de saison, on verra si on a atteint nos objectifs ou pas. »

Si par défaut il retournera à la fin de la saison à la Jeunesse Esch, Dany De Sousa n’exclut à ce stade aucune piste. « Je me concentre sur les entraînements et les matchs. Je travaille jour après jour pour m’améliorer. Ce qui se passera en fin de saison, moi-même je ne sais pas », nous expliquait-il en continuant : « Je travaille dur pour devenir ce que je veux devenir. (…) Je ne me fixe pas de limite. Je veux aller le plus loin possible. Dès qu’on a une opportunité, il faut la saisir. Et après, on verra bien jusqu’où on peut arriver. »

Andy Foyen

Latest news
Related news