Aniello Parisi : « Assurer l’Europe, au minimum »

Aniello Parisi a été nommé entraîneur du Swift il y a maintenant quelques mois. Après une série prometteuse de trois victoires consécutives, le club d'Hespérange – candidat autoproclamé pour le titre en début de saison – est retombé dans ses travers, avec deux défaites contre la Jeunesse et Hostert. Alors que la seconde partie de saison commence dans une semaine, l'entraîneur italien a répondu aux questions de Mental! sur la préparation, la vaccination, le mercato, et évidemment les objectifs en BGL Ligue.

Comment s’est déroulée la préparation durant la trêve ? A t-il été possible dans ce contexte de mettre un place un entraînement sans difficultés ?

Le Covid a rendu les choses difficiles. Chaque semaine nous avons eu 5-6 joueurs qui ne pouvaient venir à l’entraînement pour cause de Covid. Heureusement, ils n’ont ressenti que très peu de symptômes, ce qui leur permet de revenir à l’entrainement normalement. Quant au travail, nous avons beaucoup planché sur l’aspect tactique pour trouver plus de solutions offensives et améliorer le jeu collectif.

Dans ce cadre, peut-on parler d’une préparation complète ?

C’est difficile de dire que la préparation a été complète. Quand tu es interrompu au milieu d’un travail global pendant une petite semaine, cela freine vraiment la progression en termes de continuité. Mais nous avons fait dans l’ensemble de bons entraînements, et le renforcement physique a été très bon.

Le mercato a permis l’arrivée de deux joueurs. Il y aura t-il encore quelques mouvements ou estimez-vous que le recrutement est achevé ?

Sur le plan des arrivées, cela ne bougera plus en effet. Je suis très heureux des deux recrues que nous avons récupéré. Mehdi Terki et Benjamin Mokulu vont apporter énormément à l’équipe, en particulier sur le plan de l’expérience, mais aussi en termes de qualité technique et physique. Ce sont deux joueurs qui ont été professionnels très longtemps, et qui devraient pouvoir offrir une véritable plus-value.
Pour ce qui est des départs, les choses sont encore en train de bouger. Quelques joueurs ont été déçus de leur temps de jeu, ce que l’on peut comprendre, et on cherche en effet un point de sortie pour eux. Aussi, Electeur est aujourd’hui à Virton pour trouver un accord avec le club belge.

Dans quel état l’effectif se retrouve t-il vis-à-vis de la vaccination ? Les joueurs ont-ils accepté de se soumettre au vaccin ?

Tous les joueurs se sont mis d’accord sur la vaccination. Nous avons beaucoup parlé et insisté sur le danger que cette maladie a pour les proches. Evidemment, les joueurs sont des athlètes, en excellente santé, ils ne risquent pas grand chose. Mais cela reste dangereux pour la famille, les grands-parents, etc… À partir de là, c’est très important à nos yeux que l’équipe procède à la vaccination et protège ceux autour d’elle.

En début de saison, le Swift assumait son ambition d’aller chercher le titre. Aujourd’hui, un net retard s’est mis en place, mais la qualification européenne se joue à peu de points. Quels sont véritablement les objectifs du club dorénavant ?

Avant tout, une position européenne. Au minimum, c’est ce nous nous devons d’assurer. Mais en effet, si nous nous retrouvons très vite dans une position européenne et que la possibilité de jouer le titre se présente à nous, évidemment, nous donnerons le maximum.

Après un rebond et trois victoires consécutives, la première partie de saison s’est achevée avec deux défaites surprenantes et conséquentes au classement. Que faut-il vraiment améliorer du côté d’Hesperange pour rectifier le tir lors des quinze journées restantes ?

Honnêtement, au-delà des résultats positifs en fin de saison, en tant qu’entraîneur, je ne peux pas dire que je sois satisfait du contenu que nous avons offert jusqu’à présent. Nous nous devons de produire plus, et mieux. Par conséquent, je ne pouvais pas être surpris de ces deux défaites face à la Jeunesse et Hostert. Les transitions dans le jeu offensif doivent absolument s’améliorer, nous nous devons de devenir plus fluide.

Le Swift ne souffre t-il pas avant tout de confiance ?

Je suis absolument d’accord avec ça, c’est une excellente analyse (rires) ! C’est quelque chose sur lequel nous travaillons énormément, depuis des mois, et on espère que cela va porter ses fruits.

Latest news
Related news