Nouveau Stade : une franche réussite

C’est en 1934 que le Stade Josy Barthel, alors sobrement intitulé Stade Municipal, accueillait son premier match de football de la sélection nationale face à la sélection Allemande et une défaite 1-9. 87 années donc, à être le terrain d’accueil des Lions Rouges, avant, malgré un petit peu de rab, de finalement céder sa place. Le nouveau bénéficiaire du titre d’hôte des joutes domestiques est donc le Nouveau Stade, qui devrait accueillir à son tour les matchs de la sélection durant de nombreuses décennies.

C’est la fin d’un feuilleton qui aura vu les épisodes et saisons se prolonger plus qu’il ne l’aurait souhaité. Officiellement lancés le 21 août 2017, les travaux du Stadion vu Lëtzebuerg auront duré bien plus de temps que n’était prévu, provoquant par là un retardement assez conséquent de l’inauguration du nouveau stade. C’est donc en passant la barre symbolique des 1500 jours de travaux que la nouvelle enceinte fera enfin sa première apparition officielle dans le monde du Grand-Duché avec la réception de l’Azerbaïdjan.

S’il aura fallu attendre un certain temps avant d’enfin pouvoir accéder à ce stade à la hauteur de la modernité du football d’aujourd’hui, force est de constater que l’attente en valait la chandelle. Le produit final, au delà de ses forces esthétiques indubitables semble parfaitement ancré dans notre monde de plus en plus imbriqué avec la technologie. Fièrement entouré par les couleurs du Luxembourg sur tous les sièges du Stade, la pelouse semble en parfaite condition. Et le match test disputé en juillet sous la pluie n’a pas imposé de couacs. Aucun doute : le Nouveau Stade de Luxembourg est prêt.

Un Stade grand luxe

Doté de loges de grand luxe, d’un espace pour les journalistes parfaitement moderne, et de vestiaire dernier cri, le Stadion vu Lëtzebuerg est construit conformément aux normes en vigueur, spécialement les normes FIFA/UEFA (stade catégorie 4) et les normes World Rugby. Il se retrouve aussi réparties sur trois étages. Au rez-de-chaussée se retrouvent évidemment les accès aux tribunes, mais aussi les locaux pour conférence de presse et un autre local multifonctionnel, obligatoire pour les stades UEFA de catégorie 4. À cela s’ajoute les installations sanitaires, les infirmeries et divers kiosques et buvettes de vente.

Au premier étage est mis en place le Businessclub de 900 mètres carrés, avec loge d’honneur pour les invités,mais aussi un bar pour pouvoir assister aux rencontres le ventre et gosier pleins. C’est aussi là que se trouveront les deux studios de télévisions et autres locaux pour la gestion médiatique des différents évènements (régie, speaker du stade, Service des sports…). Enfin, moins drôle mais néanmoins nécessaire, c’est aussi là que se retrouve les locaux dédiés à la sécurité du stade, comme la Police grand-ducale, la CGDIS et autres agents de sécurité.

Alors que le deuxième étage ne concentre que certains locaux techniques, le sous-sol lui respirera fort le football. Avec la présence des vestiaires, de l’accès souterrain pour les équipes, des postes de travail pour média et de la Mixed Zone, nul doute que l’ambiance et la frénésie seront à leur paroxysme les soirs de rencontres.

Seul petit bémol : le retard pris en terme de parking. SI l’espacé alloué aux voitures parait aujourd’hui plus qu’insuffisant, c’est tout simplement que le parking principal n’est pas achevé. Avec des fins de travaux estimées en mi-2023, il faudra donc attendre pratiquement deux ans avant de disposer d’une enceinte sur quatre étage doté de 2 000 emplacements pour se garer. Ce qui risque de poser de sérieux problèmes de logistiques les soirs de match, le tram ne faisant lui aussi son apparition que courant 2023. 

9500 places, véritablement suffisant ?

Néanmoins, malgré tous ces points positifs développés ici, une question demeure toujours. Le Luxembourg ne s’est-il pas tiré une balle dans le pied en créant une enceinte censée accueillir les matchs de la sélection nationale pour des décennies avec seulement 9500 places de disponible ? Avec une population de 600 000 habitants, mais aussi un grand nombre de communautés étrangères, était-il réellement impensable de voir l’enceinte de l’équipe nationale offrir l’opportunité à un plus grand nombre d’assister à certaines rencontres ?

S’il est certain que la culture et passion sportive au pays ne sont pas au niveau de ses voisins au Grand-Duché, et qu’il ne faut pas s’attendre à jouer sous guichets fermés pour la totalité des rencontres de la sélection, n’aurait il pas été possible de faire stade comble pour certaines affiches plus prestigieuses ? On est en droit de penser que tout de même, la réception de grandes nations ou noms du football aurait assurément réussi à faire se déplacer au moins une vingtaine de milliers de supporters Luxembourgeois. Il serait tout de même particulièrement incongru, après tant de temps passé à réclamer un nouveau Stade de réaliser, seulement quelques petites années après son utilisation, que plus de places sont nécessaires pour répondre adéquatement à la demande du public. Dans un objectif d’ambition, et de développement du sport au Grand-Duché, nous sommes en droit d’affirmer que 9 500 places ne sont assurément pas suffisantes. Et, pour le bien du football au Luxembourg, nous espérons ne pas nous tromper.

Latest news
Related news