Le gros coup du Progrès

On assistait à un début de match poussif de la part des deux équipes et il fallait attendre douze minutes pour voir la première frappe de la rencontre, par l’intermédiaire de Vova, qui n’inquiétait cependant pas du tout Sébastien Flauss. Les erreurs techniques s’accumulaient de part et d’autres et le Progrès était tout proche d’en profiter au quart d’heure de jeu après une mauvaise relance de Fox. On sentait alors les joueurs de Stéphane Léoni mieux dans la rencontre et relativement moins maladroits, même si la qualité technique n’était clairement pas au rendez-vous en cette première période. Toni Luisi aurait pu permettre à son équipe de prendre l’avantage mais son centre en retrait devant le but ne trouvait personne.

Du côté du F91, Muratovic s’essayait tant bien que mal face à une défense solide mais sa frappe molle trouvait les gants de Flauss. Les deux équipes rentraient au vestiaire sur un score nul et vierge.

Le Progrès au forceps

Carlos Fangueiro, probablement mécontent d’une première période sans saveur de son équipe, passait à une défense à quatre et procédait à un changement dès le retour des vestiaires. Bojic remplaçait Djuci et le match changeait de physionomie par rapport à 45 premières minutes moroses. Il ne fallait pas longtemps pour quelle situation se décante quand Bettaieb, lancé en profondeur, lobait Flauss et permettait au F91 d’ouvrir le score (1-0, 49e). Un but qui revigorait des locaux moins coupables de déchets techniques et plus dans l’impact physique.

Quelques minutes après le but de Bettaieb, Sinani avait l’opportunité de doubler la mise mais son lob terminait sa course sur le poteau fauche de Flauss. Mais plus les minutes passaient, plus le Progrès revenait dans le match. L’entrée des ex-dudelangeois Ryan Klapp et Laurent Pomponi apportait un vent de fraîcheur et à force de pousser, la faille allait être trouvée. À la suite d’un corner mal renvoyé, Vincent Peugnet, seul à l’entrée de la surface, envoyait le ballon en pleine lucarne (1-1, 82e). Malgré l’égalisation, on sentait que Niederkorn ne comptait pas en rester là et mettait la pression sur une équipe dudelangeoise acculée en défense. Et en toute fin de match, sur une énième attaque niederkornoise, Azong, totalement seul aux six mètres, était trouvé et trompait Fox (1-2, 90e). Le Progrès réalisait un énorme coup sur la pelouse du leader et s’en allait tout droit vers la victoire. Sonnés, les Dudelangeois ne parvenaient pas à réagir pour revenir au score et voyaient leurs adversaires décrocher une victoire de prestige. Le championnat a désormais un nouveau leader : le Progrès Niederkorn.

À l’issue de la rencontre, Stéphane Léoni estime la « victoire complètement méritée au vue du nombre d’occasions. On joue tous les matchs pour les gagner donc j’ai encouragé mes joueurs à aller chercher la victoire après l’égalisation. Aujourd’hui, je suis fier de mes joueurs ».

La composition des deux équipes :

F91 Dudelange :

Fox, Kirch, Diouf, Cools, Djuci (Bojic, 45e), Van Den Kerkhof, Morren, Vova (Gashi, 80e), Sinani, Bettaieb, Muratovic (Hadji, 66e)

Progrès Niederkorn :

Flauss, Bastos, Peugnet, Skenderovic, Bohnert, Ba, Karayer (Azong, 64e), Vogel, De Almeida, Bijelic (Klapp, 64e), Luisi (Pomponi, 74e)

Latest news
Related news