Le Fola, et maintenant ?

Quelques semaines après avoir échoué à se qualifier pour les phases de poules d’UEFA Europa Conference League, le Fola va devoir reprendre le rythme de la BGL Ligue pour le meilleur… ou pour le pire.

Plus dure est la chute. Seul club luxembourgeois a nous avoir tenu en haleine dans cette édition 2021/2022 des tours préliminaires de Coupe d’Europe, le Fola a quitté les joutes européennes il y a maintenant deux semaines. Humiliés 5-0 au Gibraltar lors du match retour du premier tour préliminaire de Ligue des Champions, les eschois ont ensuite réalisé de belles performances dans la toute nouvelle Europa Conference League en éliminant au deuxième et troisième tour le Shakhtyor Soligorsk et Linfield, respectivement les champions en titre biélorusses et nord-irlandais. Mais la non-capacité à inquiéter le Kairat Almaty (défaite 4-1 à domicile et 3-1 au Kazakhstan) aux portes des phases de poules a démontré les limites d’une équipe qui n’a cessé de voyager tout l’été et qui, décimée par les départs, nous donne des interrogations sur la saison à venir.

Pour, Sébastien Grandjean, le coach du Fola, face à Almaty son équipe « est simplement tombée contre plus fort. Nous avons été confrontés à de l’ultra-professionnalisme qui fait qu’eux nous ont puni quand ils ont dû le faire. Mais nous avons fait un parcours incroyable, et il faut tempérer cette élimination parce qu’on s’est qualifiés avec des joueurs qui n’étaient à priori pas programmés pour ce niveau, ou qui ont très peu d’expérience de ces grands matchs ».

Des joueurs avec très peu d’expérience donc, car beaucoup de titulaires ont quitté le club lors de ce mercato. Exit Zachary Hadji, le meilleur buteur de BGL Ligue la saison passé, parti du côté de la deuxième division suisse, au Stade Lausanne, où il s’éclate en ce début de saison avec deux buts et une passe décisive en quatre matchs de championnat. Exit aussi Dejvid Sinani, qui avait marqué à 15 reprises et délivré 12 passes décisives la saison dernière, parti chez un concurrent direct pour le titre, le F91 Dudelange. Exit Cédric Sacras, le latéral gauche virevoltant, également parti chez un autre adversaire, le Swift Hesperange. Trois titulaires en moins, cela n’inquiète pourtant pas Sébastien Grandjean : « c’est la philosophie du club et je n’ai aucun soucis avec ça. Le Fola est un club formateur et ne se met jamais dans le rouge pour garder ses joueurs. C’est un club extrêmement sain et c’est aussi ce qui fait notre réussite. L’animation offensive a été chamboulée cet été, mais je pleurerai plus mes blessés que mes départs ». Car l’enchaînement des rencontres européennes a effectivement laissé des traces. Le mois d’août a laissé émerger de plus en plus de pépins physiques chez des joueurs exténués. Gauthier Caron, Diogo Pimentel, Stefano Bensi… Des blessures plus ou moins graves pour ces joueurs mais qui, cumulées, ont obligé l’entraineur à trouver d’autres solutions. On s’imagine alors que la trêve internationale arrive juste à temps pour retrouver des forces et se reconcentrer sur l’essentiel. « La trêve tombe vraiment à pic. Nous étions sur la brèche depuis le 15 juin, et nous avions arrêté seulement deux semaines entre la fin de saison dernière et cette nouvelle saison. Alors avec la répétition des matchs et des voyages à n’en plus finir, tout le monde a dû gérer une certaine dose de stress pendant un mois et demi » confie le coach eschois. « Avec ou sans l’élimination, on avait déjà donné une semaine de congés à tous les joueurs et au staff. Ensuite, on pourra se concentrer à 100% sur le championnat ». 

Un championnat qui a démarré en demie-teinte pour le champion en titre. Le bilan : une défaite 2-0 lors de la première journée face à l’US Mondorf, adversaire à priori largement à sa portée, un nul face au FC Differdange, et une seule victoire face à une équipe d’Ettelbruck qui n’a pris encore aucun point en quatre journée. Mais après un mois d’août tous azimuts, rien de plus normal. En tout cas pour Sébastien Grandjean, qui préfère temporiser : « 4 points sur 9, ça aurait pu être mieux, mais en jouant deux compétitions en même temps, dont une de très haut niveau, c’est un bilan correct. Au final, il n’y a qu’un seul match où nous avons été moyens, c’était contre Mondorf, qui nous avait bougé grâce à son agressivité. Ensuite, nous nous sommes imposés aisément face à Ettelbruck. Enfin à Differdange, on aurait mérité bien mieux. On a raté trop de buts en deuxième mi-temps, et je suis sûr que si l’on rejoue le match cinq fois, on le gagne cinq fois ». 

Pas d’inquiétude donc, Grandjean sait que de toute façon, « faire mieux que la saison dernière, ce ne sera pas possible ! Notre objectif, c’est d’être européen, ce qui est le cas depuis dix ans. L’année dernière, nous ne partions pas pour être champions. Nous l’avons été parce que nous étions les meilleurs. Aujourd’hui, on ne peut pas dire si nous sommes les meilleurs parce qu’on ne s’est pas encore frottés aux équipes favorites comme Dudelange, le Swift, ou encore le Progrès. Differdange et le Racing veulent aussi être européen, donc il y aura beaucoup clubs pour peu de place. Mais ne pas être européen sera une déception ». 

De notre côté, on ne s’en fait pas trop pour le Fola. Leur qualification lors de deux tours préliminaires nous ont prouvé que même avec des départs importants, le Fola a la qualité pour faire trembler n’importe qu’elle équipe de BGL Ligue. Mais de là à finir champion cette saison, nous ne pouvons pas encore le prédire. Réponse le 24 mai 2022.

Latest news
Related news