Le F91 en finale après un match fou (4-5)

Le F91 Dudelange s’est imposé sur la pelouse du Fola Esch après une rencontre complètement folle ponctuée par neuf buts (4-5). Pourtant, les Dudelangeois étaient très mal partis en étant mené de deux buts à la mi-temps. Grâce à cette victoire, les hommes de Carlos Fangueiro se qualifient pour la finale qui se jouera au nouveau stade national face au Racing, vainqueur de Pétange.

Difficile de qualifier la victoire dudelangeoise, ce soir, si ce n’est qu’elle défie les lois de la rationalité. Le Fola avait pourtant commencé le match de la meilleure des manières en inscrivant un premier but par Diallo, refusé pour hors-jeu, puis en ouvrant véritablement le score à la 9e minute, sur un coup-franc somptueux de Mirza Mustafic, qui prenait à contre-pied un Luca Fox resté pantois (0-1, 9e). Le F91 tentait de redresser la barre tant bien que mal mais peinait à trouver la solution face à des Eschois déterminé à accrocher la finale et allait se tirer une balle dans le pied en concédant un pénalty dix minutes avant la pause, quand sur un coup-franc de Mustafic, Edvin Muratovic contrait le ballon… de la main. Le milieu offensif bosnien, très en jambe dans cette première période, se chargeait de tirer un penalty frappé en force en plein milieu du but (2-0, 36e). Le Fola rentrait au vestiaire avec deux buts d’avance, serein. 

Une seconde période à rebondissements 

Au retour des vestiaires, Carlos Fangueiro décidait de changer de tactique en faisant entrer Samir Hadji à la place de Kobe Cools. Une réaction qui portait ses fruits puisque dix minutes plus tard, le F91 recollait au score. D’abord grâce à un superbe coup-franc de Kevin Van Den Kerkhof, tiré quasiment de la même façon que celui de Mustafic en première mi-temps (2-1, 53e), puis sur un but de fou furieux de Filip Bojic qui, à la retombée d’un corner, reprenait le ballon d’une demi-volée qui trouvait la lucarne opposée (2-2, 56e). Le F91 était remonté en mode express et on pensait alors que le match avait tourné en faveur du club de la Forge du Sud. Mais le Fola avait plus d’un tour dans son sac et seulement sept minutes après le deuxième but dudelangeois, Bruno Correia Mendes permettait aux Eschois de reprendre l’avantage après une contre-attaque éclair (3-2, 62e). Un nouveau coup sur la tête des Dudelangeois ? Pas vraiment, puisque ces derniers égalisaient… deux minutes plus tard. Dejvid Sinani, servi par Samir Hadji, faisait un petit numéro dans la surface avant de frapper du pied gauche au premier poteau. Emanuel Cabral, battu, ne pouvait que regarder le ballon finir au fond des filets (3-3, 64e).

Et si vous pensiez en avoir assez, méprenez vous. Car oui, le Fola allait une fois de plus reprendre les devants. À vingt minutes du terme, Bruno Correia Mendes, déjà buteur, y allait de son doublé. Trouvé complètement seul dans la surface sur un centre de Bob Simon, le Portugais plaçait une tête piquée qui trompait Lucas Fox, battu pour la quatrième fois ce soir (4-3, 70e). Et cette fois-ci, la réaction de Bettaieb et ses coéquipiers n’arrivait pas.

Une fin de match complètement folle 

Du moins, pas tout de suite. Parce qu’après un petit quart d’heure de flottement, on était partis pour une fin de match de folie. Samir Hadji, passeur sur le but de Sinani et dangereux dix minutes plus tôt sur une frappe qui passait quelques centimètres au-dessus, allait trouver la marque pour son équipe, qui égalisait à nouveau. Sur une passe en profondeur de Mehdi Kirch, déjà à l’origine de la récupération de balle, le Franco-marocain contournait Emanuel Cabral avant de marquer, du mauvais pied, dans un axe très serré (4-4, 84e). Le match, déjà fou, prenait un nouveau tournant. Samir Hadji, en feu depuis son entrée, pensait inscrire un doublé et libérer son équipe, mais son coup de tête salvateur après un coup-franc de Sinani était refusé après une position de hors-jeu a priori logique. 

On aurait bien demandé trente minutes de plus, mais cela aurait été insensé de penser que nous étions au bout de nos surprises. Au bout du temps réglementaire, le F91 allait prendre l’avantage pour la première fois de la rencontre. Sur un long ballon de Jules Diouf, Hadji déviait le cuir de la tête vers le point de pénalty. Adel Bettaieb, son compère en attaque, suivait et profitait d’une bourde de Cabral, passé complètement à travers, pour marquer dans un but vide (4-5, 90e). Le F91 exultait devant un Fola sonné et hagard qui ne parvenait pas à réagir dans le temps additionnel. Et pour couronner le tout, Cabral, se voyait expulsé en toute fin de match.

Grâce à cette victoire au terme d’une rencontre tout bonnement sensationnelle, le F91 Dudelange se qualifie pour la finale de la coupe de Luxembourg, la première depuis la dernière édition, en 2018/2019. Les Dudelangeois affronteront une équipe du Racing qui voudra à tout prix sauver sa saison et accrocher une place européenne.

Quoi qu’il en soit, cette demi-finale aura sans l’ombre d’un doute été l’un des matchs de l’année, au Luxembourg. Et si avant le tirage des demi-finales, on aurait volontiers goûté à une finale entre le Fola et le F91, nous n’aurions peut-être pas assisté au même genre de match que celui auquel on vient d’assister, ce soir, au stade Émile Mayrisch. Un match de coupe, un vrai.

Latest news
Related news