Jules Diallo : « Même entre nous, on ne parle pas du titre »

À l’image de son club du Fola Esch, Jules Diallo est dans une excellente forme en ce moment. Alors que les yeux sont tournés vers la rencontre entre Dudelange et le Swift, l’attaquant du club eschois se confie à nous sur la belle série du tenant du titre, et les objectifs avec quatre matchs restant à jouer. 

Le match face à la Jeunesse, contrairement à tous les précédents a été très dur, mais vous êtes allés la chercher. C’est la chance du futur champion ?

Non (Rires) ! Je ne dirais pas la chance du futur champion. C’est vrai qu’actuellement on est sur une spirale positive, on a un peu de réussite. Le match contre la Jeunesse a été vraiment difficile comme on pouvait s’y attendre.  On savait que cela allait se jouer aux détails, et heureusement, cela a tourné dans notre sens. C’est une très bonne chose qui permet de maintenir cette belle série.

Vous étiez en effet sur une belle série de victoires larges, mais la plupart du temps face à des adversaires plutôt modestes, si on enlève la victoire à Dudelange. Selon toi, le Fola est-il aujourd’hui à son meilleur niveau de forme ?

Actuellement, on n’a jamais été aussi en forme depuis le début de la saison. On a commencé ce championnat avec pas mal de départs, beaucoup de blessés, et aujourd’hui, on demeure en construction. On est un groupe à l’écoute, qui a soif d’apprendre, et c’est sur qu’avec les derniers résultats, on est très content, et on travaille pour continuer à gagner des matchs, et ce peu importe l’adversaire. Dans ce championnat, on voit bien qu’il n’y a pas de petites équipes, on voit que Rodange a pu battre le Progrès par exemple. Chaque match est compliqué à jouer, et on se donne simplement à fond pour gagner chaque rencontre.

Vous n’avez pas été épargné par les blessures cette saison. Tu mets ça sur le coup de la malchance ou est-ce que quelque chose n’a pas allé en termes de préparation ou gestion ?

Je mettrais ça sur le cadre de la malchance. Tout le monde se donne à fond aux entraînements, on a eu une excellente préparation. Et on n’a pas eu beaucoup de blessures musculaires, c’est juste des pépins qu’on ne pouvait pas prévoir. C’est comme ça.

Tout le monde est focalisé sur le match entre Dudelange et le Swift : est-ce que c’est quelque chose qui vous arrange au Fola, qu’on ne parle pas trop de vous ?

À titre personnel, je suis très satisfait qu’on ne parle pas de nous. De toute façon, pour le groupe, les choses sont clairs : on ne vise que l’Europe. Même entre nous, on ne parle pas du titre. Après, c’est sur qu’on ne se gênera pas si la possibilité se crée. Mais vraiment, c’est parfait pour moi qu’on ne parle pas du Fola pour le titre.

En ce moment, vous regardez donc plus derrière avec Differdange que devant ?

Exactement.

Dans tous les cas, en cas de victoire face à Hostert, vous allez faire une excellente opération au classement…

Oui c’est sûr. Mais on ne peut pas commencer à faire de calculs. On ne se concentre que sur Hostert, et on ne regarde pas les autres équipes. Le club est sur une spirale positive, et il faut juste se concentrer à continuer tout cela. On a Hostert en ligne de mire, et on va simplement faire le maximum pour faire les trois points.

Vous allez sûrement vous retrouver face à un bloc bas contre l’US Hostert, voire même jusque la fin de la saison… Comment réussir à le percer ?

Le collectif. Pour les blocs bas, il va falloir tenter beaucoup de choses, que cela soit de passer par les côtés, ou combiner dans l’axe. Mais c’est certain qu’on va être confronté à ce type de configuration jusque la fin de saison. Mais au-delà de ça, il faut rappeler qu’en ce moment, jouer les équipes qui essayent de se sauver, c’est extrêmement compliqué. On l’a bien vu contre Wiltz récemment, qui jouent sa peau, et forcer le verrou est très difficile.

Sur un plan personnel, tu es en très bonne forme en ce moment. Comment tu expliques ce déclic face au but récemment ? C’est un déclic, une confiance retrouvée ?

Mon triplé contre Hamm m’a fait énormément de bien. On peut parler de confiance retrouvée, oui. J’ai eu une longue série sans marquer, et c’est vrai que cela trottait dans la tête. Quand j’ai retrouvé le fond des filets, cela m’a libéré. Je me sens bien physiquement et mentalement, et on espère que ça va continuer comme ça.

Sans langue de bois, le futur champion de BGL Ligue, c’est le Swift, Dudelange, ou le Fola ?

Je ne vais pas me mouiller (rires) ! On va prendre les matchs un par un, et essayer de finir le plus haut possible au classement.

Latest news
Related news