Joe Frising : « On a tous contribué à amener l’équipe là où elle est »

Un nouveau match au sommet s’annonce ce samedi à 16 heures au stade Um Dribbel de Käerjeng, puisque l’équipe de tête du championnat y reçoit son dauphin de Mondercange. Pour préfacer cette rencontre au sommet, nous avons pris contact avec Joé Frising. Le portier de l’UNK est également revenu sur le début de saison en fanfare de Käerjeng dans les deux compétitions nationales.

Joe, c’est à nouveau une confrontation au sommet qui attend les spectateurs au Dribbel, alors que la BGL est au repos en raison de la trêve internationale…

Oui, tout à fait. C’est la deuxième fois que cette configuration arrive. Ça fait toujours plaisir de jouer devant un public nombreux. Mais que la BGL joue ou pas, on a toujours beaucoup de spectateurs. Je pense que c’est proportionnel à la performance qu’on produit sur le terrain. On développe un football attractif qui attire les gens au stade. Donc samedi, alors que la BGL Ligue ne joue pas et que nous sommes le seul match programmé à 16 heures, je pense que le Dribbel sera le point de rassemblement de pas mal de monde…

Surtout que ce sont deux équipes qui ont marqué l’histoire du football luxembourgeois qui vont s’affronter…

Käerjeng a été très longtemps tout en haut et a joué la Coupe d’Europe. C’est un club de tradition et le même constat vaut pour Mondercange. Quand on voit l’engouement qui se crée autour de ces deux clubs, ce n’est pas un hasard s’ils sont actuellement aux deux premières places de la division. Je me réjouis de jouer samedi. J’espère que le public verra du beau football et que la meilleure équipe gagnera.

Vous n’avez pas encore perdu en match officiel cette saison et vous sortez d’une victoire contre Berbourg. Käerjeng est une équipe qui respire la confiance, n’est-ce pas ?

Contre Berbourg, c’était un très beau match, pour nous comme pour le public. On aurait préféré gagner 0-3, mais on a peut-être failli dans la concentration. Mais bon, Berbourg est une bonne équipe, imprégnée par la patte tactique de son entraîneur (n.d.l.r. Martin Forkel) que je connais très bien d’ailleurs. C’est une équipe organisée et disciplinée. Donc oui, j’aurais aimé garder le 0 derrière, comme tout gardien. Mais on ne va certainement pas cracher sur une victoire. Pour le moment, tout se passe à merveille pour nous. Mais même avec un tiers de la saison derrière nous, le championnat reste encore long. La confiance, on l’a, c’est certain. On ne va pas se cacher. On n’est pas pour rien tout en haut, même si la saison est encore longue. On va essayer de rester le plus longtemps possible à cette première position, si possible jusqu’à la fin. On a déjà fait étalage de nos qualités, à l’image de notre match de Coupe contre Wiltz (n.d.l.r. victoire 3-2).

Quelle est la raison principale de votre début de saison quasi-parfait ?

Ce qui nous caractérise, c’est le groupe soudé que nous formons. Collectivement, tout le monde se donne à fond l’un pour l’autre. Malheureusement, au niveau des blessures, on n’a pas eu beaucoup de chance, car il nous a régulièrement manqué quelques titulaires pour des petites blessures, voire aussi des blessures plus importantes. Actuellement il nous manque trois ou quatre joueurs qui auraient potentiellement leur place. Jusque maintenant, on a toujours su compenser ces absences. Je pense que c’est grâce à notre esprit d’équipe et aux qualités individuelles des joueurs de notre effectif. Nous marquons relativement facilement. Parmi les joueurs titulaires indiscutables, presque tout le monde a déjà marqué. Et ceux qui rentrent en cours de match trouvent régulièrement le chemin des filets. On n’a pas un buteur particulier à qui on doit ces 30 buts. Certes, Barbaro a huit buts à son compteur, mais globalement, on peut dire qu’on a tous contribué à amener l’équipe là où elle est.

Mondercange est la meilleure défense du championnat avec seulement six but encaissés. Vous attendez-vous à un match fermé ?

Non, je ne m’attends pas à ce que Mondercange vienne en jouant très bas. C’est une équipe qui, avec nous, possède à mon avis les meilleures qualités individuelles de la division. Ils ne vont pas se cacher. Nous non plus. Ce sera un match entre deux équipes qui se valent. Que le meilleur gagne. C’est en tout cas trop tôt pour faire la moindre prédiction.

J’imagine qu’il est alors également trop tôt pour qualifier cette rencontre de match clé…

Si on parvenait à gagner, on prendrait un avantage très intéressant. Mais dire maintenant que cet avantage serait définitif, ce serait adopter une mauvaise attitude. Regardez par exemple une équipe comme Rumelange qui a eu une entame de championnat difficile, mais qui vient d’enchaîner cinq victoires de rang. Ils sont maintenant à une unité de la place de barragiste. Ça peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Si on a un trou d’air à un moment donné, tout peut basculer. Je ne veux donc pas trop m’avancer.

Pouvez-vous nous donner votre pronostique pour la rencontre ?

Non. Je préfère ne pas me prononcer à ce sujet.

Avant de terminer, où voyez-vous Käerjeng à la fin de la saison ?

On est tout en haut du classement et on a l’intention d’y rester. On va tout faire pour. Si on y arrive, tant mieux. Il faut prendre les matchs les uns après les autres et on verra à la fin de la saison.

Andy Foyen

Latest news
Related news