Holtz : «Dommage de ne pas accueillir le Ballon d’Or au nouveau stade»

Luc Holtz regrette que le forcing n'ait pas été fait pour que la visite du Portugal se déroule dans le nouveau stade.

Luc Holtz, la victoire en Irlande a-t-elle retiré un peu de pression?

Je n'ai pas ressenti de pression depuis que la préparation de cette campagne a débuté. Il n'y a d'ailleurs aucune raison d'en avoir lorsque l'on rencontre l'Irlande, la Serbie ou le Portugal. Nous avons créé la surprise à Dublin. On essayera de répéter ce scénario. Parfois ça marche, parfois pas.

Ce mardi, c'est le Portugal qui se présente. Quel regard portez-vous sur cet adversaire?

Le Portugal a la meilleure équipe de son histoire. On a joué récemment contre eux mais je regarde rarement en arrière pour analyser l'adversaire. Les qualités n'ont cependant pas changé. Des gars doués techniquement et une vitesse d'exécution très rapide avec des garçons comme Ronaldo, Jota, Felix ou Silva. A nous d'essayer de les neutraliser le plus possible.

Cristiano Ronaldo garde-t-il le même niveau qu'avant ou est-il sur la pente descendante?

Il reste un phénomène et le joueur clef de l'équipe. Il gère bien ses temps forts et ses temps faibles et reste ultra dangereux dans les 20 ou 30 derniers mètres. Etre aussi affûté physiquement et explosif à son âge, c'est exceptionnel.

Quelles seront les conditions de jeu au Stade Josy Barthel?

Je le découvrirai ce soir (lundi) mais je trouve dommage ne pas pouvoir accueillir un Ballon d'Or dans le nouveau stade. On aurait quand même pu faire le forcing pour y jouer.

L'absence de public est-il une bonne ou une mauvaise chose?

Ni l'une, ni l'autre. Je regrette de ne pas avoir eu de public à Dublin. J'estime que ça augmente de 10% la capacité d'un joueur à se transcender.

Propos recueillis par Christophe Nadin

Latest news
Related news