F91 – Fola : Une rencontre aux allures de dernier round

Ce samedi, dimanche de Pâques oblige, sur les coups de dix-huit heures, Dudelange accueille le Fola sur sa pelouse du Stade Jos Nosbaum. Avec neuf points d’avance sur son adversaire du jour, et sept sur son dauphin du Progrès, le F91 peut, avec une victoire, porter la finale estocade au classement, et courir vers un titre plus vécu depuis 2019. Il faudra néanmoins remporter une joute qui promet d’être fabuleuse, contre un Fola encore tenant du titre et bien décidé à s’accrocher jusque dans les tout derniers instants.

Dans les cimes d’un nouveau monde du football luxembourgeois, où le Swift veut s’imposer coûte que coûte, où le Progrès confirme son expansion saison après saison, et où la philosophie du Fola a porté ses fruits ces deux dernières années, Dudelange n’a assurément plus la même mainmise que par le passé. Et n’a évidemment pas la même assise financière, bien au contraire. Mais le F91 n’a pas abandonné ses ambitions, et continue de jouer un premier rôle. Après une seconde place l’an dernier, les joueurs de Carlos Fangueiro sont plus que jamais bien placés pour aller chercher un titre, jusqu’ici absolument mérité au vu des performances. Après une phase aller tutoyant la perfection, Dudelange a ainsi su gérer les matchs retours en empilant les points, quand bien même le spectacle n’était plus aussi présent.

Il n’est pas faire injure au F91 que d’asséner que le football pratiqué – si l’on fait exception de la dernière rencontre jouée à Rosport – n’est pas des plus chatoyants en 2022. Et de nombreuses rencontres se sont décidées non pas grâce à une supériorité évidente, mais bien avec cette petite touche supplémentaire que certains qualifieront de réussite, et d’autres de maturité. Un constat qui peut parfois faire des jaloux, mais qui, néanmoins, est souvent l’apanage de futurs champions, dans des saisons, où, par moment, ils peuvent paraître intouchables.

Et, face aux critiques d’un collectif moins impérial qu’en début de saison, Carlos Fangueiro et les siens n’ont qu’à dresser le bilan comptable depuis la reprise. Une défaite inaugurale face au Progrès, oui. Mais depuis ? Neuf rencontres sans connaître la défaite, un seul petit match nul pour huit victoires, et un total impressionnant de 25 points sur 27. Un enchaînement qui ne peut que forcer l’admiration, et qui a permis de se créer un matelas plus que confortable pour renouer avec un titre dans le championnat domestique.

À la folie romantique de l’an passé, le F91 a su aujourd’hui ajouter un côté plus pragmatique à son style. Une maturité qui permet à Dudelange de remporter des matchs qu’il n’aurait pas nécessairement gagné il y a un an, quitte à parfois sacrifier le spectacle au détriment du résultat. Cette équipe de Dudelange, moins fantasque semble devenue encore plus forte. Cynique, clinique, imperméable : un titre peut aussi se construire par des fondations solides, et une capacité à garder le sang froid quand la température se met à monter. Une évolution qui permet aujourd’hui au club de tutoyer les sommets, et effleurer un titre qui lui semble dorénavant presque promis.

Le Fola comme dernier rempart

Pour cela, il faudra néanmoins réussir une fin de saison exemplaire, à l’image du match de demain. Se dressera alors face à eux une équipe qui n’a potentiellement jamais été meilleure qu’en cette période de la saison. Alors que le Fola a longtemps cherché la bonne formule, payé les frais d’une campagne européenne réussie mais exigeante physiquement et mentalement, et navigué contre les blessures, les joueurs de Sébastien Grandjean semblent avoir trouvé la meilleure carburation. Si les derniers adversaires n’ont assurément pas été les plus aiguisés, les statistiques des cinq derniers matchs sont elles, éloquentes : 22 buts marqués pour 2 encaissés, quatre victoires, un nul sur la pelouse d’Hesperange, et des certitudes retrouvés à tous les niveaux.

Au-delà de ses résultats impressionnants, le club eschois est lui aussi en mission. Celui, avant tout, de s’assurer d’une qualification européenne, mais aussi, pourquoi pas, de lutter jusqu’au bout pour conserver son titre. Avec neuf points de retard sur la première place, une victoire en terres extérieures pourrait permettre au Fola de rêver d’une fin de saison quasi historique. Comme le confirme Lucas Correia dans nos colonnes, le tenant du titre se déplacera pour une seule et unique raison : l’emporter. La promesse d’une rencontre folle, entre deux des meilleures attaques du championnat, décidées à faire rompre l’adversaire pour une victoire qui marquera assurément un tournant.

Il y a maintenant quasiment au jour près un an, le Fola faisait danser son adversaire dans un succès déterminant pour la conquête du titre. Aujourd’hui, le toujours tenant du titre arrivera tel le dernier rempart pour contrecarrer les espoirs de sacre dudelangeois. Et devrait compter sur le soutien du Progrès, du Swift et de Differdange qui, malgré des discours officiels de plus en plus focalisés sur la lutte européenne, rêvent encore de déloger un leader impitoyable.

À 18 heures, au Stade Jos Nosbaum se jouera donc potentiellement la rencontre la plus importante de l’année. Le F91, en cas de succès, filerait avec quasi certitude vers un nouveau trophée dans sa besace. Le Fola, lui, pourrait relancer tout un championnat, et offrir une fin de saison en apothéose et pleine de suspense, à l’image de la dernière édition de BGL Ligue. S’il n’y aura que vingt-deux acteurs sur le terrain, on peut légitimement assurer que tous et chacun auront l’oeil tourné vers ce choc massif, de ceux qui font et défont une saison. Au vu des enjeux respectifs, cette affiche devrait se solder par un vainqueur et un perdant. Reste maintenant à savoir qui saura s’octroyer la victoire dans une joute promettant d’être passionnante.

Tendai Michot

Latest news
Related news