Bosnie : un adversaire coriace

Les coéquipiers d’Edin Džeko ne se contentent pas d’aligner une muraille défensive face àl’adversaire, mais possèdent aussi un milieu technique et une attaque qui peut se montrer clinique.Un profil tactique, qui leur a notamment permis de tenir tête à la France en phase de qualificationpour la Coupe du monde.

Une sélection capable d’accrocher un pays comme la France

Lors des derniers éliminatoires pour la Coupe du monde, la Bosnie-Herzégovine a montré qu’elle était très compliquée à jouer, qu’elle représentait le piège parfait. En témoigne ce match nul contre l’équipe de France (1-1) lors de la 4e journée du groupe D, au Stade de France, le 1er septembre 2021. Ce jour-là, les hommes d’Ivaylo Petev avaient posé énormément de problèmes aux champions du monde en titre. Edin Džeko avait ouvert le score à la 36e minute, avant qu’Antoine Griezmann n’égalise juste derrière, à la 40e. L’exclusion de Jules Koundé en début de seconde période n’arrangeait pas les affaires des Bleus, qui ne parvenaient pas à trouver la faille dans un bloc bosnien compact et bien organisé. Parmi les autres résultats probants au cours de cette phase de qualification, on note une victoire au Kazakhstan (0-2) et un bon match nul en Ukraine (1-1). Finalement, la Bosnie termine 4e du groupe, derrière la Finlande, l’Ukraine et la France.

Le Luxembourg a affronté la Bosnie deux fois en compétition… et il n’y a pas eu photo

Les deux nations ne se sont affrontées qu’à deux reprises en compétition officielle dans l’histoire, dans le cadre des qualifications pour l’Euro 2012. Et sur ces matchs, il n’y avait pas vraiment eu photo : lors du match aller, le 3 septembre 2010, le Luxembourg s’était incliné 3-0 à domicile ; au retour, le 7 octobre 2011, l’addition avait été encore plus salée, la Bosnie empilant les buts et collant un cinglant 5-0 au Luxembourg. Depuis, ils se sont retrouvés pour un match amical, le 25 mars 2016, et la Bosnie s’était de nouveau imposée sur le score de 3-0. Mais il faut relativiser cette photo instantanée qui commence à jaunir, car depuis, le niveau des Roud Léiwen a sacrément augmenté. Le match amical du 29 mars sera intéressant pour constater tout le chemin parcouru par la sélection de Luc Holtz depuis ces confrontations, qui datent d’il y a plus de dix ans pour celles en compétition, six ans pour le dernier match amical.

Les forces en présence

La Bosnie, on l’a dit, est toujours une équipe difficile à jouer. Rugueuse et souvent bien organisée défensivement, elle peut en plus compter sur un milieu de terrain qui ne manque pas de qualité technique, avec des joueurs comme Miralem Pjanić, et possède des latéraux capables d’être aussi efficaces défensivement qu’offensivement, comme le néo-Marseillais Kolašinac. Au-delà des qualités individuelles, les Bosniaques font régulièrement preuve d’un esprit d’équipe et d’une solidarité infaillibles, les rendant dangereux et coriaces de la première à la dernière seconde du match.

Le joueur à suivre

Edin Džeko est le capitaine et indéniablement la star de cette équipe. Le solide attaquant de l’Inter de Milan a déjà une carrière bien remplie, ayant marqué de son passage des clubs aussi prestigieux que l’AS Roma, Manchester City, ou il y a un peu plus longtemps Wolfsburg. Reconnu dans toute l’Europe, c’est surtout dans la ville éternelle qu’il s’impose : il est en effet le troisième meilleur buteur de l’histoire de l’AS Roma avec 119 buts, derrière Francesco Totti (307) et Roberto Pruzzo (138). Avec 107 sélections et 58 buts, il est également le joueur le plus capé de l’histoire de la Bosnie et son meilleur buteur. Un sacré pedigree pour l’arme fatale de cette équipe.

Latest news
Related news