Gaming: on a testé pour vous Aliens Fireteam Elite

Entrée au Panthéon des monstres les plus classes du cinéma dès son apparition dans le chef d'œuvre de Ridley Scott en 1979, la superbe créature imaginée par H.R Giger revient en force sur consoles et PC pour nous en faire baver dans Aliens : Fireteam Elite.

Développée par les équipes de Cold Iron Studios, cette nouvelle adaptation de la célèbre saga s’éloigne complètement de ce qui nous avait été proposé par Isolation en 2014 et ne fait clairement pas dans la dentelle. Alors préparez vos armes et embarquez trois Marines avec vous, on va leur faire cracher de l’acide à ces aliens !

Placer un “s” à la fin du mot alien dans le titre d’un jeu qui s’inspire de cette franchise n’a rien d'innocent et encore une fois c’est avant tout le très guerrier Aliens : le retour (1986 – James Cameron) qui influence le gameplay de ce jeu d’action frénétique qui nous place dans la peau d’un colonial marine 23 ans après les événements des trois premiers films. Si il y a une base scénaristique pour essayer de lier ce qui nous motive à défourailler du xénomorphes par paquet de douze, il faut bien avouer que la scénarisation du jeu est aussi timide qu’anecdotique d’autant plus qu’aucun effort particulier n’est apporté à la mise en scène de l’ensemble pour apporter une véritable ampleur à l’intrigue. On plonge donc dans le jeu une fois s’être amusé à créer son propre soldat de l’espace (sexe, apparence etc…) et on balance le mode campagne sans véritablement s'inquiéter du pourquoi du comment… pas de fioriture, le jeu va à l’essentiel. Basique ? Peut être bien mais il faut bien garder en tête que Fireteam Elite ne se veut absolument pas narratif, il privilégie l’action pure dans son mode campagne (un mode horde se débloque plus tard) qui se découpe en quatre actes eux même découpés en 3 chapitres. Pour les fans de l’univers, il y a bien entendu beaucoup de clins d'œil qui font plaisirs et quelques rencontres intéressantes dans le vaisseau mère – qui sert de HUB – pour en savoir plus sur ce qui se trame entre chaque massacre de bestioles, mais soyons honnête, ce qui nous intéresse c’est de vite se lancer dans le cœur du jeu mais pour cela il faut d’abord prendre les armes.

Donc vous l'avez compris, en bon soldat on est pas là pour perdre son temps mais avant de se lancer tête baissée, on fait ce qu’il faut pour s’équiper correctement histoire de ne pas mourir trop vite quand une grosse vague d’aliens débarque sur nous. Histoire de mettre en place une équipe de choc, nous avons le choix parmi cinq classes très complémentaires (Gunner, Demolisher, Technician, Doc et Recon) qui possèdent chacune des compétences et des armes bien spécifiques. Comme nous sommes dans un titre avant tout coopératif, il est préférable de bien se répartir les classes afin que les trois joueurs/joueuses puissent se compléter lors des missions. Si vous désirez vous la jouer solo c’est tout à fait possible mais l’IA des personnages qui vont vous assister étant ce qu’elle est (pas ouf donc), nous conseillons véritablement de vous lancer à plusieurs dans l’aventure, celle-ci étant pensée pour des parties en multijoueurs.

Jouable en vue à la troisième personne, nos marines se manient avec aisance et si vous avez déjà joué à des jeux d’action utilisant un système de cover shooting à la Gears of War, vous trouverez vos marques presque immédiatement. On peut courir, faire des roulades et se coller contre les murs mais aussi passer par-dessus certaines zones bien précises. En plus des compétences de nos différentes classes de personnages et de nos armes,  il est à noter que nous pouvons aussi trouver et utiliser dans les niveaux des gadgets pour améliorer nos tirs ou améliorer nos défenses sur le champ de bataille. Accessibles en appuyant sur la flèche droite de la croix directionnelle, ces bonus (balles enflammées, tourelle de défense, gel des ennemis etc…) sont bien pratiques lorsque les monstres débarquent en nombre mais attention, elles ont une durée limitée et disparaissent une fois utilisées. À activer avec précaution durant vos sessions. Heureusement, une fois revenu sur notre vaisseau il est aussi possible de faire le plein à l’armurerie, endroit indispensable qui permet d’acquérir du matériel grâce à l’expérience et à l’argent récolté débloquant ainsi un nombre assez conséquent d’améliorations pour nos armes histoire d’être toujours mieux équiper pour affronter les différents ennemis. Car oui c’est bien beau d’avoir un gros gun bien bruyant et des gadgets high-tech mais va falloir faire preuve de sang froid vu ce qui va vous tomber dessus.

Fireteam Elite ne réinvente pas la roue des jeux coop à la World War, c’est dommage mais c’est comme ça, par contre ce qu’il fait, bah il le fait plutôt bien. Bien sûr, on peut râler sur le manque de folie dans la création des différentes cartes qui alternent couloirs assez étroits et arènes plus ouvertes sur l’ensemble de ses chapitres mais si le level design ne surprend jamais dans le jeu de Cold Iron Studios, celui-ci fait heureusement le job au niveau du défouloir bourrin ambiance douche à l’acide faisant presque oublier l’aspect redondant des zones traversées. Frénétique et très efficace dans l'action, le jeu profite aussi largement de la surcouche Aliens qui participe beaucoup à l’ambiance surtout quand d’habitude dans ce genre de jeu, c’est les zombies qui sont utilisés comme chair à canon. Massacrer des xénomorphes qui se déplacent dans tous les sens se montre vraiment jouissif et on ressent vraiment le danger quand notre radar se met à sonner tout en indiquant un nombre croissant de créatures qui débarquent pour nous croquer. Si nous n’atteignons jamais le génie du film de James Cameron en terme d’immersion ou d’un Left 4 Dead pour rester dans le jeu vidéo, nous saluons l’effort pour essayer de nous mettre dans des situations de stress équivalentes au second film de la saga, nous forçant à agir en équipe pour survivre aux attaques de xéno de plus en plus dangereux.

Comme tout bon jeu du genre, le bestiaire est d’ailleurs constitué de plusieurs sortes d’adversaire pour varier les plaisirs. Si l’alien classique est largement représenté sur l’ensemble des chapitres, vous croiserez aussi des versions plus évoluées et dangereuses qui risquent de vous donner du fil à retordre vous obligeant à penser un peu plus vos attaques. Plus loin dans la campagne vous devrez aussi affronter des droïdes de la société Weyland ce qui apporte un peu de fraîcheur dans la façon d’appréhender les nombreux gunfights.

Graphiquement Aliens Fireteam Elite fait très correctement le job. Les niveaux assez jolis s’inspirent avec respect de l’ensemble de la saga Alien, nous faisant même combattre dans des décors de la période Prometheus/Covenant. Globalement c’est un plaisir à regarder et le tout bouge plutôt bien que ce soit au niveau des marines que des bestioles qui déambulent du sol au plafond pour nous piéger. On aimerait forcément avoir quelque chose de plus impressionnant surtout sur Series X ou Ps5 mais encore une fois nous sommes dans l’efficacité. Concernant l’ambiance sonore, c’est du tout bon puisque nous retrouvons les bruitages caractéristiques du film de Big Jim Cameron. Sons très cools des armes à feu, cris des xénomorphes et le cultissime radar de mouvement, tout est là avec en prime une bande-originale qui reprend assez efficacement les travaux de Jerry Goldsmith et de James Horner.

Si l’on pourrait reprocher à Aliens Fireteam Elite de ne pas chercher à apporter du neuf au genre, il est difficile de bouder le plaisir simple et primaire de dégommer du xénomorphes accompagné de deux ami(e)s. Si elle souffre d’un level design bien trop classique et d’une mise en scène qui manque d’ampleur, cette nouvelle adaptation n’en reste pas moins recommandable et largement divertissante.

Les plus :

Les moins :

Aliens Fireteam Elite

TPS Coopératif – de 1 à 3 joueurs

Disponible sur Ps4, Ps5, Xbox One, Series XIS et PC

39,99€ – testé sur Xbox Series X à partir d’une version commerciale

Latest news
Related news