La Via Romea Francigena,la véloroute du soleil

C’est en référence au chemin de pèlerinage Via Francigena que l’EuroVelo 5 a adopté le nom de Via Romea Francigena. À l’époque, les pèlerins empruntaient cette voie afin de se rendre en pèlerinage à Rome depuis Canterbury, dans l’extrême sud-est de l’Angleterre, en passant par la France et la Suisse. Toutefois, si la véloroute qui a adopté son nom emprunte dans sa partie italienne le même tracé, celui-ci a été largement modifié dans sa première partie.

C’est donc à Canterbury que tout commence. Après avoir parcouru le comté de Kent sur une courte portion, nous voilà arrivés à Douvres et confrontés à la traversée de la Manche. Qu’on vous déconseille de faire à vélo, bien entendu…Une fois au terminal de ferry de Calais, c’est reparti ! Sur un peu plus de 200km, le cyclotouriste arpentera les routes de l’Artois et des Flandres, et traversera Saint-Omer, Béthune, Lens et Lille. À Wattrelos, la véloroute traverse la frontière belge, puis longe le canal de l’Espierres, puis celui de l’Escaut. La ville de Lessines est la première localité notoire à être traversée, avant la capitale, Bruxelles. Ensuite, retour en direction de la Wallonie avec Wavre, Namur, Dinant, Bastogne… C’est à Martelange que l’EuroVelo 5 franchit la frontière luxembourgeoise. La partie luxembourgeoise de 107,5km débute à Rombach et emprunte la piste cyclable des Ardoisières (PC18) jusqu’à Koetschette, où elle rejoint la PC17 jusqu’à Noerdange, puis la PC12 jusqu’à Steinfort, et enfin la PC13 jusqu’à Strassen. L’EV 5 entre dans Luxembourg par le quartier de Belair et traverse la ville par le parc municipal, la place de la Constitution, puis longe l’Alzette en tronc commun avec la PC1 jusqu’à Alzingen (Hesperange). L’itinéraire rejoint ensuite la vallée de la Moselle, à Remich, via les PC7 et 11, et la descend jusqu’à Schengen, par la PC3, avant d’entrer en Allemagne.

Entre lacs et montagne

Cinquième pays traversé, l’Allemagne ne possède qu’un tronçon de 80 kilomètres sur l’EuroVelo 5, où la véloroute nous emmène de Merzig jusqu’à Sarrebruck, en passant par Dillingen, Sarrelouis et Völklingen. Déjà de retour en France, la voie passe par Grosbliederstroff et suit le parcours du canal des houillères de la Sarre, vers Sarreguemines et jusqu’à Gondrexange. Ensuite, direction le canal de la Marne au Rhin sur 103 kilomètres, en passant par Saverne. Une fois passé Strasbourg, la véloroute bifurque vers celle du vignoble d’Alsace de Soultz-les-Bains jusqu’à Cernay, en traversant Molsheim, Obernai, Sélestat, Colmar, Guebwiller… Une fois arrivés à Mulhouse, direction la Suisse, avec la ville-frontière de Bâle. La véloroute se fraie ensuite un chemin à travers le Jura bâlois, jusqu’au canton d’Argovie et sa capitale, Aarau. Le cyclotouriste pourra ensuite s’émerveiller devant les reposants lacs de Sempach et celui des Quatre-Cantons avant d’arriver à Andermatt. Un peu de sport ensuite, puisque la véloroute franchit le col du Saint-Gothard, frontière non officielle entre l’Europe du Nord et celle du Sud. Une fois cette difficulté franchie, nous voici arrivés en Suisse italienne, à Bellinzone, avant de pouvoir admirer quelques kilomètres plus loin le lac de Lugano.

Plein sud

C’est à Chiasso que se situe la frontière entre la Confédération helvétique et l’Italie. L’occasion de faire une pause déjeuner ou autre sur les bords du lac de Côme. De quoi recharger les batteries avant de passer par la frénétique Milan puis Pavie, et avant d’arriver en Émilie-Romagne, avec Fidenza puis Piacenza. C’est ensuite la Toscane qui se dessine au loin, de coups de pédale en coup de pédale : Aulla, Massa, Poggibonsi, la superbe cité médiévale de Sienne… On descend encore plus au sud ensuite, et une fois arrivé dans le Latium, le cyclotouriste pourra se délecter des villes de Bolsena, Viterbe et, enfin, le clou du spectacle, Rome. Pas mal, cette promenade à vélo, non ?

Avant de quitter le Latium pour la Campanie, les férus d’histoire pourront faire une escale du côté de Cassino, juste à côté du mont du même nom, site de la féroce bataille éponyme qui eut lieu de janvier à mai 1944. La Campanie nous tend ensuite les bras, avec la ville de Bénévent, puis vient le tour des Pouilles de nous accueillir, dernière région italienne de notre périple. Candela, Gravina in Puglia, Taranto puis Brindisi seront les dernières grandes étapes de ce périple de 3.200km. Et pour s’en remettre, quoi de mieux qu’un petit bain dans les eaux turquoise de la mer ionienne ?

Latest news
Related news