René Wolzfeld : «Si on gagne nos deux derniers matchs, on est en playoffs»

L’AB Contern a décroché une victoire très importante en match en retard, mercredi, contre Esch (76-67). Elle les replace dans la course aux playoffs, mais il faudra passer les obstacles Etzella et Musel Pikes pour obtenir le précieux sésame.

En match en retard, vous venez de décrocher une victoire très importante contre Esch (76-67) qui vous replace complètement dans la course aux playoffs. Parlez-nous de ce match.

Pour nous, c’était comme une finale de coupe, on était obligé de gagner pour espérer jouer une place en playoffs. L’équipe a fait un super boulot. On a eu du mal à scorer au cours du premier quart-temps, avant de faire des ajustements qui ont payer. On a réussi à faire la différence dans le dernier quart-temps. Tout le monde s’est donné à fond.

Le club luttait depuis un moment dans le bas du classement. Vous vous imaginiez finalement jouer une place pour les playoffs en cette fin de saison régulière ?

Bien sûr, il faut toujours y croire. Et les playoffs étaient l’objectif du début de saison.

Vous avez désormais votre destin entre vos mains. Mais ce sera dur, avec un déplacement à l’Etzella samedi, puis une quasi finale contre des Musel Pikes bouillants en ce moment qui rêvent aussi de décrocher une place au soleil…

On sait que ce ne sera pas évident. On doit prendre les choses comme contre Esch, il faut y croire. On a déjà battu l’Etzella cette saison donc il suffit de refaire la même chose. On a notre destin entre nos mains, si on gagne nos deux derniers matchs, on est en playoffs. 

Quel jeu allez-vous mettre en place pour cette dernière ligne droite ?

Pour les matchs comme ça, je ne crois pas qu’il faille trop penser à la tactique… C’est celui qui en voudra le plus qui l’emportera.

Vous avez quand même bien des points forts, quels sont-ils ?

On marque beaucoup de l’extérieur, à trois points. Si on reste efficace dans ce domaine, on a de grandes chances de gagner nos matchs. Si on commence, par contre, à devenir défaillant sur ces shoots lointains, cela devient tout de suite plus compliqué…

La Total ligue est très serrée cette année. Quel regard portez-vous sur l’évolution du niveau du championnat ?

Je trouve que le niveau est bon. C’est intéressant pour les spectateurs que ce soit serré. Il y a quatre ou cinq ans, on savait qui allait finir en playoffs dès le début de la saison. Là, tout le monde peut battre tout le monde, et tout le monde peut perdre contre tout le monde.

Latest news
Related news