F1: deux pilotes à égalité parfaite avant le dernier GP, du jamais vu depuis 1974

Après un rocambolesque Grand Prix d’Arabie saoudite ce dimanche, Lewis Hamilton et Max Verstappen sont désormais à égalité parfaite en terme de points. L’issue de ce passionnant duel se décidera à Abu Dhabi ce week-end. 

Max ou Lewis, Lewis ou Max, les dieux de la Formule 1 n’ont pas encore décidé si le Néerlandais allait décrocher une première couronne mondiale, ou si le Britannique allait en coiffer une huitième. Ce qui constituerait un nouveau record en la matière. Avec 369,5 points chacun, les deux pilotes sont à égalité parfaite avant la dernière manche de la saison qui se disputera sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi. Si les totaux restent en l’état, ce serait Max Verstappen qui obtiendrait le titre en raison d’un nombre de victoire supérieure cette saison (9 pour le pilote Red Bull contre 8 pour celui de chez Mercedes). 

Un cas de figure qui se produit seulement pour la deuxième fois dans la longue histoire du championnat du monde de F1 lancé en 1950. Il faut en effet remonter à 1974 pour retrouver trace d’un pareil scénario. A l’époque, Clay Regazzoni (Ferrari) et Emerson Fittipaldi (McLaren) arrivent sur la quinzième manche de la saison sur le circuit de Watkins Glen (USA) avec 74 points chacun dans leur escarcelle. C’est en faveur du second que la balance va pencher, permettant au Brésilien de décrocher un deuxième titre mondial. 

Un circuit modifié

Après la course folle de ce dimanche, et une gestion tout bonnement ridicule des nombreux événements en piste de la part de la direction de course à Djeddah, espérons que tout ce petit monde retrouve son calme à Yas Marina, et que Toto Wolff n’ai plus à exploser d’onéreux casques audio sous l’effet de la colère. Un circuit émirati qui a d’ailleurs fait peau neuve ces derniers mois, avec l’objectif annoncé de créer plus d’opportunités de dépassement. Le tracé construit en 2009 sous la férule de Hermann Tilke faisant régulièrement l’objet de critique le dépeignant comme ennuyeux. 

Les modifications au niveau de l’épingle nord sont certainement les plus significatives. Les ex-virages 5 et 6 qui formaient une chicane ont été supprimés et l’épingle a quant à elle été élargie. Les monoplaces s’y présenteront autour de 300 km/h avec une opportunité de dépassement. Le petit complexe situé au sud laisse désormais sa place à un virage à gauche surélevé baptisé Marsa Corner, où les vitesses de passage seront de l’ordre de 240 km/h. Il se substitue à une séquence de virages lents qui était peu appréciée des pilotes. 

Avantage psychologique Hamilton?

Enfin, les changements concernant le secteur autour de l’hôtel peuvent apparaître plus mineurs mais sont tout de même importants. Chacun des virages a été ouvert à l’intérieur dans le but de réduire la perte d’adhérence qui y était constatée et d’atténuer un phénomène qui rendait difficile la course en peloton. 

Une course qu’a déjà remporté à cinq reprises Lewis Hamilton (2011, 14, 16, 18, 19), et qui contrairement à Max Verstappen connaît la pression d’un rendez-vous décisif dans l’attribution d’un titre mondial. Le Britannique surfe en outre sur une dynamique depuis Interlagos, et semble de nouveau irrésistible en piste face à un Verstappen toujours à la limite. Le Néerlandais s’était imposé en 2020 pour la première fois lors du Grand Prix d’Abu Dhabi au volant d’une Red Bull qui avait dominé la course, ou il avait relégué Valtteri Bottas à 15 secondes, et un Lewis Hamilton déjà titré à ce moment à 18 secondes. 

Latest news
Related news