PS5 : La grande rupture

La dernière née de la famille PlayStation n’en fini pas de faire parler d’elle. Affichant fièrement plus de 8 millions de consoles distribuées dans le monde (à fin mai), Sony se félicite du lancement record de sa Ps5 qui pourtant… reste introuvable ! Vous recherchez en vain votre précieuse machine dans les rayons de vos revendeurs favoris, vous n’en pouvez plus de voir des profiteurs gonfler ses prix sur le net depuis le 20 novembre dernier ? Si ça peut vous rassurer, vous n’êtes pas seul(e) et malheureusement ça risque bien de durer jusqu’en 2022. 

« Bonjour vous avez des Ps5 ? » 

On le savait déjà au moment de la sortie de la bête, ses stocks étaient très limités et hormis les personnes qui ne travaillaient pas au moment de l’ouverture des précommandes (et encore), Sony avait prévenu que son nouveau bébé serait difficile à obtenir day one. Pour celles et ceux qui suivent les sorties de consoles depuis quelques années, il n’y avait rien de vraiment inhabituel jusque là. La hype d’un lancement créée automatiquement de l’attente, donc des ruptures plus ou moins longues. Rappelez vous du lancement chaotique de la Playstation 2 ou plus proche de nous des problèmes de stocks de la Nintendo Switch victime de son succès fulgurant auprès du grand public. Mais même si il est clair que l’attente était vraiment énorme (démesurée ?) avant le lancement, 7 mois plus tard les différents revendeurs interrogés nous le confirment, contrairement aux idées reçues non ce n’est pas une technique de Sony pour créer de la demande ou du buzz. Au mois de juin il était toujours compliqué de recevoir les différentes versions de la machine et le peu d’exemplaires qui arrivent dans les rayons ou sur les sites marchands se vendent en quelques minutes. Forcément, les listes d’attentes s’allongent et certaines enseignes ont même décidé de stopper les réservations faute d’informations ou de délais sérieux à donner aux joueurs/joueuses qui quotidiennement s’informent sur les stocks sans vraiment comprendre les raisons d’une telle attente. Si l’épidémie mondiale de Covid-19 est clairement la grande responsable de cette rupture de stock sans précédent dans le monde des consoles de jeu vidéo (les Xbox Séries X I S souffrent aussi du même problème), nous allons voir que plusieurs autres paramètres sont à prendre en compte pour bien comprendre pourquoi il faut s’armer de patience pour espérer enfin voir la dame blanche de Sony trôner dans les magasins… et surtout dans votre salon.

« Le continent des composants perdus » 

La pandémie a prise tous le monde de court, il fallait agir vite pour protéger les populations donc petit à petit le monde s’est confiné pour éviter la propagation du virus. Avec des chaines d’assemblages à l’arrêt – et plus tard au ralenti – les conséquences ne pouvaient qu’être significatives sur la production d’une console aussi attendue. Autre problème de taille, la machine de Sony comme celle de Microsoft est équipée d’un CPU (AMD Zen 2) et d’un GPU (AMD RDNA 2) provenant d’un seul et même fabricant, AMD qui non content d’équiper la nouvelles génération de consoles doit aussi fournir des composants nécessaires aux fabricants de PC et de carte graphiques. On peut dire que ça en fait du monde à contenter n’est-ce pas ? Le marché des consoles n’étant de plus pas vraiment le plus rentable pour le fabricant de composants, il est facile d’en déduire que fournir Sony et microsoft n’est malheureusement pas dans ses priorités. Avoir le monopole a du bon… pour AMD.

Très impacté par les restrictions sanitaires liées au Covid-19, la fabrication compliquée de ces composants n’aide donc pas à l’accélération de la production promise par les constructeurs qui pourtant mettent la pression depuis quelques semaines. Comme si cela ne suffisait pas, d’autres éléments indispensables comme le substrat ABF un isolant pour CPU et GPU utilisé par AMD (ainsi que dans l’industrie automobile) ont aussi souffert d’une demande accrue… favorisant la encore les soucis de conception et par conséquent de stock. Avec une demande qui ne cesse d’augmenter, des problèmes de production aussi complexe que multiples et même des conflits politiques favorisant les pénuries l’année 2021 ne pouvait qu’être compliquée pour la Ps5 mais comme si ça ne suffisait pas un évènement plus inattendu va enfoncer le clou. 

« Un bateau enfonce le clou » 

En effet, en mars dernier un bateau cargo de 400m s’est retrouvé coincé dans le canal de Suez provoquant le bloquage d’environs 400 autres navires aggravant ainsi les problèmes de pénurie de composants électroniques… Vous pouviez imaginer qu’un jour on vous donnerait comme explications : « Désolé, les livraisons auront du retard car gros bateau vient de créer un embouteillage pire que l’A31 en heure de pointe dans un canal bien loin de chez nous ? » Cette année est décidément pleine de (mauvaises) surprises pour l’industrie et nous ne sommes pas encore arrivée au bout. 

« Des consoles au bout du tunnel ? » 

Mais malgré tous ces problèmes, Jim Ryan (CEO de Sony Interactive) veut y croire, et avec ses équipes il fera tout pour que la pénurie s’arrête le plus rapidement possible. Comment ? Pourquoi pas en modifiant les composants qui posent problème. Si une version Slim semble peu probable pour le moment (beaucoup trop tôt), une variation dans les composants pourrait permettre de reprendre le contrôle sur la production compliquée de cette 5ème génération de PlayStation. Impossible pour le moment de confirmer les rumeurs mais une chose est sur, ils sont nombreux à espérer que les choses rentrent dans l’ordre. 

Latest news
Related news