Le Portugal vient à bout de l’Uruguay et se qualifie pour les 8e (2-0)

Le Portugal est le troisième qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde après sa victoire face à l’Uruguay (2-0). La Céleste, elle, devra absolument gagner face au Ghana pour espérer poursuivre son aventure dans la compétition. 

La Seleção, après une première frayeur dans sa surface sur une frappe d’Oliveira qui passait quelques centimètres au-dessus du but, prenait les choses en main et répondait aussitôt, mais la frappe De Carvalho s’envolait dans les travées du Lusail Stadium. Dix minutes plus tard, c’est cette fois-ci João Félix qui s’essayait à la frappe, contrée par Jose Gimenez (16e). Dominateurs, les Portugais ne trouvaient pourtant pas la solution pour véritablement inquiéter une équipe uruguayenne bien regroupée qui procédait en contre, et qui était toute proche d’ouvrir le score à la demi-heure de jeu. Rodrigo Bentancur, parti du milieu de terrain, réussissait à transpercer la défense lusitanienne avant de se présenter face à Diogo Costa, mais butait sur ce dernier dans le dernier geste (32e). 

Bruno Fernandes libère la Seleção

En début de seconde période, la dynamique était toujours en faveur du Portugal, et après une première tentative de João Félix qui terminait dans le petit filet extérieur de Sergio Rochet, c’est Bruno Fernandes qui allait faire mouche sur un centre pour Cristiano Ronaldo qui, en ne touchant pas le ballon, trompait malgré lui le gardien uruguayen qui avait anticipé une tête du natif de Madère (1-0, 54e). Le match s’emballait un peu après cette ouverture du score et la Céleste commençait à mettre de plus en plus de pression dans le camp portuguais. Maxi Gomez, d’abord, trouvait le poteau d’un Diogo Costa qui semblait battu sur un superbe enroulé du pied droit (75e). Juste après, c’est Luis Suarez, entré en jeu quelques minutes plus tôt, qui manquait de peu le cadre (78e), puis Varela, auteur d’une balle piquée trop molle pour tromper Costa (79e). Tous les espoirs uruguayens allaient être réduits à néant quand Bruno Fernandes transformait un pénalty obtenu par lui-même après une main de Gimenez dans sa surface de réparation (2-0, 90+3e). Le double-buteur était tout proche de s’offrir le coup du chapeau en toute fin de rencontre, mais sa frappe tapait le poteau de Rochet (90+9e). Qu’importe, grâce à cette deuxième victoire, les hommes de Fernando Santos sont quasiment assurés de terminer à la première place et de s’assurer le deuxième du groupe G en huitièmes, sauf en cas de contre-performance face à la Corée du Sud, elle aussi obligée de gagner pour espérer encore quelque chose. 

Dernières nouvelles