Le rêve européen

Derrière les quatre places potentiellement qualificatives pour l’Europe se retrouvent trois clubs qui n’ont pas dit leur dernier mot. Alors que le Swift cherche à trouver son rythme de croisière et que Differdange continue sa reconstruction, le Victoria Rosport, porté par une fin de première partie de saison en fanfare s’est aussi incrusté dans les potentiels candidats aux joutes européennes. État des lieux de ce trio singulier aux aux réelles ambitions.

FC Differdange 03

Le FCD03 réalise une saison plutôt correcte, avec une sixième place et vingt-cinq points au compteur. Le hic, c’est que les joueurs de Pedro Resende peuvent aussi bien gagner contre les gros du championnat — en atteste la victoire face aux leaders dudelangeois (3-2) en octobre dernier — que tomber de haut face à des équipes plus modestes, à l’instar d’Hostert (défaite 1-4) ou de Wiltz (défaite 2-1), ce qui en fait une équipe pour le moins imprévisible. 

Pour autant, elle reste un prétendant sérieux aux places européennes et on ne doute absolument pas de sa capacité à lutter jusqu’au bout pour décrocher une place si précieuse. 

Et ce n’est pas le technicien portugais qui nous dira le contraire. « L’objectif est le même qu’en début de saison. Il ne faut pas cacher ses responsabilités. Differdange est en train de construire une équipe, une philosophie. Les joueurs ont besoin de temps pour s’adapter à tout ça, mais la première partie de saison a été très positive et je pense qu’on peut faire encore mieux dans cette seconde partie », nous confie Pedro Resende. Un entraîneur conscient de la valeur de ses joueurs qui « ont assimilé les principes de jeu et qui l’ont encore montré lors des matchs amicaux de cette préparation hivernale. On a très bien joué lors de la plupart de ces rencontres ». 

Differdange s’est effectivement montré plutôt rigoureux lors de ses matchs amicaux avec, entre autres, deux cartons face à Wormeldange (5-0) et Junglinster (6-0). 

À l’heure où nous écrivons ces lignes, aucune arrivée n’était à annoncer du côté du FCD03 lors de ce mercato, si ce n’est peut-être… Da Mota. Car si le président Fabrizio Bei avait annoncé que Dan Da Mota et Aurélien Joachim quittaient le club en raison de leur refus catégorique de se faire vacciner — ce qui entraînait par conséquent l’impossibilité pour eux de jouer selon la règle 2G+ —  il semblerait que le premier soit finalement toujours au club, comme nous l’a confirmé son coach : « Da Mota est revenu et pourra jouer avec nous à la reprise du championnat », sans nous donner toutefois plus de précision. 

Quoi qu’il en soit, Resende reste ouvert à une possible arrivée, même s’il n’en fait pas une obsession : « On est en train de voir ce qui est possible, si des joueurs peuvent venir nous renforcer, mais si ce n’est pas le cas, on fera avec les forces qu’on a. » 

Dans la course à l’Europe, Differdange aura fort à faire dès la reprise, puisqu’il devra affronter Rosport, le Fola, Strassen et le Swift. Autrement dit des équipes placées dans la première partie du classement et qui tenteront elles aussi de mener la vie dure à tous leurs adversaires.

Swift Hesperange

À deux rencontres près, on aurait pu qualifier l’arrivée de Nello Parisi de franche réussite. Malheureusement pour le Swift, les deux dernières défaites surprenantes contre la Jeunesse et Hostert font tache au moment de dresser le bilan. 

Après une défaite inaugurale face à Strassen, dans une rencontre où le manque de confiance des joueurs d’Hesperange avait été criant, le club avait réussi à enchaîner — après un match nul encourageant contre le Progrès — trois victoires consécutives, dont un succès de renom face au leader du F91. Une série encourageante, malheureusement gâchée par ces deux dernières rencontres avant la trêve. Et à en croire son entraîneur, qui s’est confié sur notre site, au-delà des résultats, c’est bien le contenu du football qui ne le satisfait guère.

La trêve semble donc arrivée à point nommé pour le Swift. Malgré une préparation compliquée par le covid — des absences répétées de joueurs pendant l’équivalent d’une semaine — Parisi n’a au moins pas eu à gérer des récalcitrants à la vaccination : « Tous les joueurs se sont mis d’accord sur la vaccination. Nous avons beaucoup parlé et insisté sur le danger que cette maladie représente pour leurs proches. Évidemment, les joueurs sont des athlètes, en excellente santé, ils ne risquent pas grand-chose. Mais cela reste dangereux pour la famille, les grands-parents… »

Autre synonyme de satisfaction : un recrutement qui, une fois n’est pas coutume, n’a pas fait dans la démesure. Deux joueurs sont venus renforcer le groupe et paraissent combler des manques entraperçus en première partie de saison. Ainsi, Mehdi Terki, milieu défensif capable de jouer comme sentinelle, mais également d’aller plus haut, et Benjamin Mokulu, buteur ayant fait la majorité de ses gammes en Belgique et en Italie, auront pour rôle d’améliorer le rendement de l’équipe. 

Seule véritable ombre au tableau : le départ de Maxime Electeur, brillant sur cette première partie de saison, et décisif à de nombreuses reprises. 

Une chose est certaine : le Swift ne pourra pas se permettre de rater son entame lors de cette seconde partie de championnat. En affrontant successivement Pétange, Mondorf et Ettelbrück, trois équipes dans le ventre mou, l’occasion est belle de grignoter son retard et d’affirmer ses ambitions. Mais le risque est aussi grand de se laisser définitivement distancer et de perdre en crédibilité. Quitte ou double.

Victoria Rosport

C’est peu dire que Rosport est un surprenant huitième après quinze journées de championnat. 

Tout d’abord parce que le Victoria avait vécu une intersaison marquée par des inondations sur ses terrains et avait réalisé un début de championnat pour le moins en demi-teinte, avec 5 points obtenus au bout de 6 journées. Force est de constater que neuf journées plus tard, Marc Thomé et ses joueurs ont relevé la barre de belle manière. 

Désormais, ils restent sur cinq matchs sans défaite, dont quatre victoires, ce qui leur permet d’arriver à seulement trois points d’une cinquième place qualificative pour les tours préliminaires de la coupe d’Europe. 

Il serait peut-être prématuré de parler de véritable prétendant à mi-parcours, et Marc Thomé refuse d’évoquer une quelconque place européenne : « Ce serait fou de penser cela. Les autres clubs ont des effectifs plus fournis que le nôtre, ils peuvent partir en stage… Je ne mets aucune pression. Ce qui compte d’abord, c’est le maintien », nous avoue-t-il. Pourtant, certains arguments plaident en faveur d’une seconde partie de saison prometteuse, à commencer par son attaque, la troisième meilleure du championnat, et l’un de ses attaquants, Jordy Soladio, qui avec 14 buts au compteur siège actuellement à la première place des buteurs de la BGL Ligue. Brian Moding, lui, en est déjà à huit passes décisives et forme avec Soladio une paire que beaucoup de clubs du haut du tableau envieraient. Le buteur, d’ailleurs, ne cache pas son envie de « rester en tête des meilleurs buteurs ». Lui qui arrive en fin de contrat à l’issue de cette saison nous avoue vouloir « laisser une trace et écrire une histoire » avec Rosport, en visant, pourquoi pas, « une place européenne ». 

Malgré un effectif relativement limité que concède Thomé (« À l’entraînement, on doit faire jouer des jeunes pour pouvoir être vingt-deux… »), Rosport terminera la saison avec les mêmes soldats : « On a réussi une première partie de saison plus que correcte et c’est pourquoi on voulait garder tous nos joueurs » ; et le coach en est persuadé, « si le groupe est au complet, je suis certain qu’on peut gagner chaque match ». Quoi qu’il en soit, le Victoria aura fort à faire ces prochaines semaines puisqu’il affrontera successivement Differdange, le Progrès, le Fola, Strassen et le Swift. On en saura alors bien plus sur le potentiel de cette équipe et si elle est capable d’aller titiller les premières places.

Latest news
Related news