Jeff Strasser : « Une bonne entrée en matière »

Jeff Strasser, qui officie cette saison du côté de la Jeunesse Esch, revient sur ses débuts avec son nouveau club et sur la saison à venir.

Pour commencer, pourquoi avoir choisi le projet de la Jeunesse ?

La Jeunesse Esch a une certaine histoire. C’est le club le plus titré du pays, et le projet qui m’a été proposé me paraissait intéressant et tentant.

Comment s’est passée la phase de reprise pour votre équipe ? Sans coupe d’Europe et avec une arrivée courant juin, avez-vous eu le temps de bien appréhender cette nouvelle saison ?

Ma venue a dû se décider vite. À ce moment là, c’était déjà tard. Le recrutement, à part un ou deux joueurs qui avaient été recrutés en aval, n’avait pas été fait et tout n’était pas programmé donc il y avait un énorme travail à faire. C’était difficile de repartir sur les bases de la saison passée car l’effectif a été beaucoup renouvelé, avec notamment beaucoup de départs qui ont naturellement entrainé beaucoup d’arrivées.

À mon arrivée, quand je fais le constat sur le cadre, il n’y avait par exemple qu’un seul défenseur central. Donc oui, il y a eu beaucoup de choses à mettre en place en peu de temps et c’était beaucoup de travail. On a mis toutes nos forces ensemble pour faire le recrutement qu’on a fait.

Comment jugez-vous votre équipe aujourd’hui ?

On a fait en sorte d’avoir un effectif équilibré avec un cadre restreint car je n’aime pas les effectifs trop larges. Aujourd’hui, l’effectif est basé sur une vingtaine de joueurs de champ complété par les gardiens et quatre joueurs en devenir, ce qui est déjà largement suffisant.

Pour revenir sur la rencontre face au RM Hamm Benfica, vous avez rapidement creusé l’écart avec votre adversaire. Est-ce que ce match sera en quelques sortes la feuille de route de la saison à venir, à savoir un football porté vers l’attaque ?

Ceux qui me connaissent depuis des années en tant que coach savent que mes équipes essaient plus de développer le jeu que de subir le jeu, chose qui n’était pas vraiment dans la philosophie de l’ancien entraineur. Donc j’ai dû commencer par modifier la façon de jouer au football dans les têtes des joueurs. Ce match-là était une bonne entrée en matière mais il ne faut pas le placer trop haut, ni au niveau de la manière ni au niveau du score, parce que des choses ont été certes intéressantes en première mi-temps, mais il y a eu beaucoup d’erreurs commises de notre part en deuxième mi-temps qui auraient pu coûter cher face à un adversaire de meilleure qualité.

Vos deux renforts offensifs du mercato, Bryan Nouvier et Maxime Deruffe, ont marqué ce week-end. Comment allez-vous gérer les différents profils en attaque et notamment l’association avec Moussa Maazou ?

Contre Hamm, on a débuté avec Klica, Deidda, Nouvier et Maazou, mais il y aura une concurrence tout au long de l’année afin que tout le monde se tire vers le haut. Le jour où l’un des joueurs sera moins bien, il y aura des changements à faire et c’est comme ça que marchera une concurrence saine. Ce qui est bien, c’est que quand on voit la productivité offensive montrée, au niveau des buts et des passes décisives, il y a énormément de joueurs impliqués.

Quels sont vos objectifs pour la saison à venir ?

Je vous donnerai simplement la volonté d’avoir sur le terrain la mentalité d’une équipe qui, au niveau de l’engagement individuel et collectif, fait tout ce qu’elle a de possible pour gagner chaque match. Ce sera la feuille de route de cette année, et c’est seulement là qu’on verra quelle place on obtiendra.

Latest news
Related news