Guillaume Wilke : « L’engouement se fait naturellement »

Le responsable de la Post Esports Masters s’est confié à Noob sur la réussite du tournoi, l’affiliation avec une des deux fédérations et les prochaines nouveautés qui verront le jour.

Il y a quelques semaines, vous avez été affiliés à l’une des deux fédérations d’esport du Luxembourg. En quoi est-ce un pas en avant pour Post Esports Masters ?

On est très contents de travailler avec la FLES. Pour nous, c’est une ASBL qui rejoint nos valeurs du respect et de promotion de l’esport au Luxembourg. Le but, quand on a créé Post Esports League qui est devenu Post Esports Masters, c’était de faire avancer le marché du gaming et plus particulièrement de l’esport au Luxembourg mais aussi sa grande région puisque nous ne sommes pas limités à la géographie luxembourgeoise. On est heureux d’être accrédités par la FLES pour la compétition, c’est une véritable reconnaissance.

Est-ce que c’est une évolution de plus en vue de l’officialisation de l’esport au Luxembourg ?

Le problème actuellement est que les deux fédérations sont des asbl, il n’y a aucune officialisation de l’État. On y travaille et on était très contents de recevoir le ministre Franz Fayot aux dernières finales Post Esport Master en juin dernier, qui a aussi assisté à la LGX. Le gouvernement est en train de s’intéresser à ce nouveau domaine même si on a encore du retard par rapport aux marchés adjacents tels que la France, l’Allemagne et la Belgique, où des fédérations ont déjà été accréditées par le comité olympique de chaque pays.

Rocket League s’est récemment ajouté à la liste des jeux proposés avec FIFA, Clash Royale et League of Legend. Est-ce que ce jeu à attiré de nouveaux types de joueurs ?

Oui, l’avantage de Rocket League, c’est que c’est un jeu très grand public. Quelqu’un qui n’y a jamais joué peut apprécier un match de ce jeu. On parle de football sans règles avec des sortes d’auto-tamponneuses, ce qui est plutôt sympathique. On a organisé un tournoi en one-shot en septembre, en partenariat avec ACL, et on a eu de super résultats. Il y avait 32 équipes, près de 3000 spectateurs sur un tournoi qui a duré seulement deux samedis. C’est très positif et ça nous donne envie de continuer.

Comment faites-vous pour augmenter l’engouement chaque année ?

Je pense que l’engouement se fait naturellement. On a été les premiers à lancer quelque chose de cette envergure au Luxembourg et sa grande région, on a fait beaucoup de bruit au lancement, c’était tout nouveau. Il y a eu un grand attrait du public, les médias en ont parlé, on a eu près de 400 inscrits lors de la première saison, ce qui était au dessus de nos espérances. On est en train de se faire une véritable réputation et un nom. Nos réseaux sociaux sont assez puissants, sachant que c’est le seul produit Post qui a ses propres réseaux sociaux. On a eu de très beaux noms en tant que joueurs donc ça attire forcément des spectateurs. Le champion de Belgique sur FIFA qui vient participer à nos Post Esports Master, c’est aussi une certaine reconnaissance.

Quels sont vos objectifs pour les prochaines éditions ?

Pour le public, on a fait plus de 25 000 spectateurs uniques lors de la saison 2. Cette année, on espère atteindre les 30 000. Il va y avoir de nouvelles choses, encore plus de livestreams, on va être présents encore plus longtemps. En nombre de joueurs, il va y avoir des changements donc c’est dur de vous donner un objectif.

Y a-t-il d’autres nouveautés qui viendront s’ajouter ?

Comme je vous ai dit, il y aura des changements et la seule chose que je peux vous dire actuellement, c’est que le Rocket League sera bien présent en saison régulière l’année prochaine.

Latest news
Related news