Une finale inattendue et alléchante

Toutes les terreurs de la phase régulière (le Sparta, Esch, la Résidence, Etzella) ont trépassé face à l’envie et la rage de vaincre de l’Amicale Steinsel, outsider surprenant de match en match, et du T71 Dudelange, champion mal embarqué qui n’a cessé de puiser dans ses ressources et la force de son collectif pour relever la tête et franchir tous les obstacles. Ce duo nous offre, dès samedi, une finale tout aussi inattendue qu’alléchante. Let’s get ready to the rumble !

Qui aurait misé cet hiver, et même un peu plus tard, sur une finale Amicale Steinsel-T71 Dudelange ? Assurément pas grand-monde. Joueurs et staff de ces deux clubs ont conscience d’avoir déjà réalisé quelque chose d’exceptionnel. « On se dit en effet que c’est incroyable si on regarde notre situation en novembre. On réalise ensuite deux bons autres tiers de saison, on a gagné des matchs qui nous ont donné confiance, on est monté crescendo, on a joué en équipe et on est resté stable offensivement », analyse Etienne Louvrier, le coach de l’Amicale. Tom Schumacher, ex-joueur légende et jeune entraîneur du T71 Dudelange, qui a pris le banc en cours de route, en janvier exactement, pour remplacer Denis Toroman, a lui aussi du mal à réaliser : « C’est dingue d’être en final. On a vécu une saison vraiment difficile, avec des bas très bas, et maintenant des hauts très hauts. Et là, on se retrouve dans une situation où on peut gagner le championnat. » Et ainsi conserver leur titre.

Un des plus beaux matchs des dernières années

Les Dudelangeois, grâce à leur abnégation et leur rage de rester en vie, sont devenus les rois du suspense et du money-time ces dernières semaines ! En commençant par se qualifier pour les playoffs en décrochant le dernier billet lors de la toute dernière journée, avec leur victoire sur le Telstar. Les choses ont été plus nettes en quarts de finale lorsqu’ils ont sorti le Sparta Bertrange en deux matchs. Mais que dire de cette demi-finale de folie contre le Basket Esch, avec une victoire dans le troisième match au bout de la nuit (101-105), au terme de deux prolongations où personne n’a rien lâché ? Un match considéré par plusieurs observateurs comme un des plus beaux de ces dernières années. « Tout cette série, ça a été quelque chose de nouveau, même pour moi. En tant que joueur, je n’ai jamais disputé une telle série ! Il y a eu des écarts de points impressionnants, rattrapés par les deux équipes. Esch a vraiment très bien joué, nous aussi. Il faut un petit peu de chance pour que cela bascule du bon côté… On a tout fait pour que ce soit du nôtre. »

Les outsiders de l’Amicale, eux, ont tout simplement roulé sur tous les favoris de la compétition. D’abord en disposant de la Résidence Walferdange en trois matchs, en quarts de finale, après avoir perdu la première rencontre de la série. Ensuite en écartant l’Etzella Ettelbruck sans trembler, en deux matchs. On parle quand même là des 2e et 3e meilleures équipes de la phase régulière. Ce statut d’outsider n’a-t-il finalement pas été davantage une chance qu’un handicap pour les hommes d’Etienne Louvrier ? « C’est tout à fait ça. Je ne sais pas si cela nous a libéré, poussé en tout cas c’est sûr. Walferdange et Ettelbruck nous ont sûrement un peu sous-estimés et on a su utilisé cela en notre faveur », déduit le coach belge de Steinsel.

« Rester nous-mêmes »

Renforcés par cette saison où rien ne leur aura été donné, un championnat au cours duquel chaque goutte de sueur aura compté pour en arriver là, les deux clubs se pointent sans pression à l’ultime étape avant le sacre. « Nous sommes tout à fait sereins. Il n’y a pas de raison de changer. Nous allons jouer notre basket, en équipe, et faire plaisir à nos supporters. On va rester nous-mêmes, c’est que j’essaye de transmettre à mes joueurs. Le T71 est un peu dans la même situation que nous. Attention, ils restent champions et sont très dangereux. Je m’attends à une grosse bataille, ce sera du 50/50 », conclut Etienne Louvrier. En face, Tom Schumacher est à peu près sur la même ligne : « Maintenant on est là pour gagner, même si ce sera en effet du 50/50. C’est aussi une petite surprise que Steinsel soit là… Ils ont très bien joué, et c’était la meilleure équipe, que ce soit contre Walferdange ou Ettelbruck. Jarvis et Booby sont de vrais leaders, les autres joueurs jouent tous leur rôle également. Nous, on est prêts. »

Et aucun blessé n’est à déplorer de chaque côté, les bancs seront au complet. Cette finale, aussi inattendue soit-elle, promet d’être explosive et spectaculaire.

Premier match de la finale, ce samedi soir, à 20h30 à Steinsel.

Latest news
Related news